Qu’est-ce qu’un portefeuille de projets ? Utilité et méthode expliquée

La capacité à mettre en place une gouvernance efficace des projets passe par la construction d’un dispositif permettant de les suivre, piloter, alerter et arbitrer : le portefeuille de projets.

Cette article a pour but de présenter la mise en place d’un portefeuille de projets par l’exemple, pour répondre à deux questions :

  1. Comment et pourquoi définir une gouvernance de projets, et mettre en place le suivi
    d’un portefeuille de projets ?
  2. Quels sont les facteurs clés de succès et les risques liés à la mise en place d’un portefeuille de projets ?

Le terme « gestion de portefeuille de projets » fait référence à la capacité à organiser et à gérer les multiples projets d’une organisation. La gestion de portefeuille de projets se révèle cruciale pour une organisation puisqu’elle permet d’assurer que les ressources sont utilisées efficacement et judicieusement. Bien que le concept soit relativement simple, sa mise en pratique peut s’avérer complexe et chronophage.

Pourtant, elle s’avère nécessaire pour garantir le succès des projets, d’une manière générale. Elle est donc primordiale pour les entreprises dans la mesure où elle leur permet de mieux se coordonner, de prendre des décisions plus informées et de répondre aux attentes des investisseurs.

Pourquoi adopter une gestion de portefeuille de projets ?

Beaucoup d’entreprises gèrent chaque projet individuellement, sans cohésion globale : chaque directeur de chantier, voire chaque chef de projet définit ses propres règles de gestion, ses propres règles de pilotage et ses propres indicateurs de reporting. 

Souvent, l’entreprise est dans l’incapacité d’avoir une vision consolidée et homogène de ses projets. N’ayant pas la vision globale, elle ne peut pas gouverner efficacement l’ensemble de ses projets : manquant d’agilité, il lui est par exemple difficile de réaffecter des ressources. Ce manque de vision globale pose divers problèmes :

  • Manque d’alignement avec les réalités business de l’entreprise dans la sélection des projets
  • Difficulté à déterminer la capacité à faire
  • Complexité d’arbitrage des projets entre les différentes directions
  • Mauvaise gestion des ressources critiques
  • Difficulté à gérer les adhérences dans une logique d’optimisation

Une des premières actions à mener est de définir et mettre en place une gouvernance de projets. Le véritable outil de cette aactions est de définir et mettre en place une gouvernace de projet.

Le véritable outil de cette gouvernance est le portefeuille de projets. Il permet de consolider, homogéniser et synthétiser les informations des différents projets, afin de faciliter la prise de décision.

C’est quoi le portefeuille de projets : Portfolio management ? Définition

Le portefeuille de projets se définit comme un groupe de projets, programmes et processus d’une organisation, gérés de manière collective pour optimiser les objectifs stratégiques et financiers. C’est un outil de management qui sert à déterminer les priorités et à éviter que l’entreprise ne se disperse dans des actions qui ne correspondent pas à ses objectifs.

Il permet une meilleure coordination et une hiérarchisation du travail à effectuer, offrant une vue d’ensemble des initiatives en cours au sein de l’organisation. Il facilite également la prise de décision en consolidant et synthétisant les informations des différents projets.

Le portefeuille de projets lie donc la stratégie à la mise en œuvre, en assurant une gestion centralisée des projets pour atteindre les objectifs stratégiques spécifiques. Il est l’ensemble de projets liés dont le but est de répondre aux besoins (ou à une partie des besoins) du business plan.

Un portefeuille de projets est une vue d’ensemble de tous les projets classés selon différents critères, présentés soit sous la forme d’une liste structurée, soit sous la forme d’un diagramme.

Un portefeuille de projets est une vue d’ensemble de tous les projets classés selon différents critères, présentés soit sous la forme d’une liste structurée, soit sous la forme d’un diagramme.

Exemple De Portefeuille De Projets (Critère K1, Critère K2)
Exemple de portefeuille de projets (Critère K1, Critère K2)

Selon le type de projet, il peut s’agir simplement d’une liste de critères appariés, tels que l’opportunité par rapport au risque, le coût par rapport à l’avantage, etc. Mais un portefeuille de projets peut également être multidimensionnel, en utilisant :

  • des critères stratégiques (par exemple, un tableau de bord des projets)
  • des critères économiques (prévisions, marché)
  • des critères écologiques
  • des critères éthiques
  • des critères d’opportunité/de risque
  • Critères obligatoires (nouvelle législation, technologies)

Il est également normal qu’un certain nombre d’employés à différents niveaux hiérarchiques de l’organisation soient impliqués dans l’élaboration du portefeuille de projets. En règle générale, le chef de projet ne constitue qu’un portefeuille des dix projets les plus importants, les autres projets étant évalués et classés par ordre de priorité au niveau du département.

C’est quoi la gestion de portefeuille de projets ?

La gestion de portefeuille de projets (GPP) est une discipline qui permet d’optimiser le pilotage d’un ensemble de projets d’une organisation. Elle vise à déterminer les priorités selon les objectifs stratégiques de l’organisation et à allouer les ressources disponibles de manière efficace.

La GPP prend donc en compte les contraintes de l’organisation, le niveau de risque acceptable et la valeur métier attendue pour définir quelles initiatives seront mises en œuvre. Elle peut être vue comme une forme avancée de gestion de projets, incluant une dimension de gestion des risques plus forte et ayant une influence directe sur la stratégie de l’organisation.

La gestion de portefeuille de projets est généralement assurée par des chefs de projet ou gestionnaires de portefeuille ou un « Project Management Office » (PMO) pour pour les structures les plus avancées.

Pourquoi doit-on regrouper ses projets pour les gouverner ?

Le but de la gestion de portefeuille est de permettre d’améliorer l’alignement stratégique en permettant de faire le choix du bon projet au bon moment pour l’entreprise (quels projets dois je lancer, prioriser, arrêter…?)

Par voie de conséquence, gouverner son portefeuille de projets permet d’augmenter le retour sur investissement de ses projets, en jouant directement sur les facteurs suivants :

  • Un meilleur taux de réussite de projets Un grand nombre de projets meurent pour causes de dépassement de budgets, de délais, mauvais management de ressources, manque de stratégies d’alignement. En gérant globalement les ressources, les budgets et l’alignement, on améliore nettement le taux de réussite des projets.
  • Moins de dépassements budgétaires Les projets, même réussis souffrent souvent de dépassements budgétaires. Avoir une vision globale des plannings et des ressources permet d’affecter les bonnes ressources au bon moment sur les bons projets.
  • Un meilleur time to market La définition et la standardisation de la gouvernance, et en particulier des process, permettent d’accélérer le delivery : la productivité augmente en supprimant la répétition dans certaines tâches notamment administratives et de reporting (on élimine ce travers de ne plus réinventer la roue à chaque fois).
  • Une sélection plus efficace des projets En ayant une vision globale des projets, on peut prendre des décisions d’abandon de projets sans valeur, au bénéfice de projets ayant un meilleur alignement avec les réalités de l’entreprise.
La Gestion De Portfeuille De Projets

L’utilisation d’un portefeuille de projets a également des atouts au-delà de l’augmentation du retour sur investissement :

  • Plus de transparence Les process de décision sont transparents et ont donc plus de légitimité. De plus les instances dirigeantes ayant une vision plus directe des projets, cela supprime la possibilité pour les services de protéger certains projets au détriment d’un alignement général.
  • Une meilleure valorisation La vision d’un portefeuille de projets permet de mettre en lumière la valeur apportée par les projets, brisant l’idée reçue que ces projets ne sont que des centres de coûts.
  • Une communication et un partage améliorés.

Quelles sont les différences entre un projet, un programme et un portefeuille de projets (portfolio) ?

Comme pour le projet, les définitions du programme sont nombreuses. Les définitions de l’IPMA (International Project Management Association) recouvrent bien ce que sont un programme et un portefeuille :

  • Le programme est un ensemble d’opérations (projets) spécifiques interdépendantes, nécessaires à l’atteinte d’un certain nombre d’objectifs inclus dans une stratégie globale. Le management multi-projets permet la coordination de l’ensemble des projets dans les processus d’évaluation et sélection, planification, pilotage et clôture. En revanche, le découpage de projets complexes en sous-projets appartient à la gestion d’un seul projet.
  • Un portefeuille est un ensemble de projets et/ou programmes, qui ne sont pas nécessairement liés mais réunis dans un but de contrôle, de coordination et d’optimisation du portefeuille dans sa totalité. Les questions importantes à un niveau de portefeuille sont rapportées à la direction de l’organisme par le responsable de portefeuille, en même temps que des propositions de solutions. Cela leur permet de prendre une décision sur ce qui devrait être fait sur la base de renseignements factuels.
Exemple de la relation entre projets, programmes et portefeuilles

Pour résumer, on peut dire qu’un programme est une enveloppe de projets pilotés de façon cohérente et concourante pour un objectif global. L’objectif de chacun des projets est défini par rapport et pour satisfaire l’objectif global du programme, lui-même défini par l’entreprise dans une logique d’enjeux business.

Comment gérer un portefeuille de projets ?

Le lancement des projets du portefeuille dépend des contraintes, des ressources et des interdépendances propres à chaque projet. Une bonne gestion de portefeuille de projets est primordiale pour une entreprise. La gestion des projets à travers un portefeuille de projets permet d’optimiser les ressources et d’atteindre les objectifs de l’entreprise. Un portefeuille de projets est un outil de gestion qui permet de répartir les ressources disponibles entre différents projets en fonction de leur ordre de priorité. Il est essentiel de comprendre comment fonctionne un portefeuille de projets et de savoir comment l’utiliser de manière efficace.

Pour gérer efficacement un portefeuille de projets, il est important de comprendre l’ensemble des projets qui le composent et d’évaluer leurs impacts sur les objectifs de l’entreprise. Il faut également être en mesure de vérifier régulièrement les progrès des projets et de prendre les mesures nécessaires pour s’assurer qu’ils sont achevés dans les délais et les budgets impartis. En ce qui concerne les ressources, il est important de s’assurer que les bonnes ressources sont affectées à chaque projet et d’accorder une importance particulière à leur gestion.

Enfin, il est important de comprendre les interdépendances entre les différents projets et leurs impacts sur le portefeuille de projets dans son ensemble. Il est nécessaire d’évaluer régulièrement les performances des projets et de prendre les mesures nécessaires pour atteindre les objectifs fixés. De plus, il faut également veiller à ce que le portefeuille de projets se déroule conformément aux principes de gestion des risques.

Quels sont les principaux avantages de la gestion de portefeuille de projets ?


La gestion de portefeuille de projets est une méthode permettant d’identifier, d’évaluer, de prioriser et de gérer l’ensemble des projets et des ressources qui entrent dans la portée d’une organisation. La gestion de portefeuille de projets permet à une organisation de réaliser des gains sur de nombreux fronts.

Le premier avantage est qu’il permet à l’organisation de déterminer quel projet a la plus grande valeur et de se concentrer sur lui. Cela permet à l’organisation de maximiser le retour sur investissement (ROI) et de réduire le temps et les ressources consacrés à des projets qui n’ont pas une valeur ajoutée élevée. Cela permet à l’organisation de se concentrer sur l’atteinte de ses objectifs à court et à long terme.

Deuxièmement, la gestion de portefeuille de projets permet à l’organisation de mieux gérer le risque. Les projets ayant le plus grand potentiel de retour sur investissement sont généralement ceux qui présentent le plus grand risque. En gérant le risque, l’organisation peut se concentrer sur des projets qui ont le plus grand potentiel de réussite.

Enfin, la gestion de portefeuille de projets permet à l’organisation de mettre en œuvre une stratégie à long terme qui permet d’atteindre ses objectifs à une échéance prédéterminée. La gestion de portefeuille de projets permet à l’organisation de mieux planifier et de surveiller les ressources, les coûts et les délais des différents projets. Elle permet également à l’organisation de mieux s’adapter aux changements et d’atteindre ses objectifs plus rapidement.

Quelles sont les meilleures pratiques pour la gestion de portefeuille de projets ?

La gestion de portefeuille de projets exige une planification minutieuse et une mise en œuvre rigoureuse. Les meilleures pratiques pour la gestion de portefeuille de projets sont les suivantes :

• Établir des objectifs et des priorités clairs : définissez les objectifs et les priorités pour le portefeuille de projets et veillez à ce que les projets sélectionnés et les moyens mis en œuvre soient en adéquation avec ces objectifs et priorités.

• Développer une vision d’ensemble et une approche intégrée : cela inclut la mise en place d’une structure de gestion de portefeuille, l’élaboration d’un plan à long terme et l’évaluation des options à court terme.

• Utiliser des outils et des techniques de gestion de portefeuille efficaces : la gestion de portefeuille de projets peut bénéficier d’outils et de techniques tels que l’analyse des risques, le suivi des résultats et une communication efficace entre les parties prenantes.

• Gérer le portefeuille de manière proactive : pour éviter les retards, les dépassements de budget et les mauvaises performances, les équipes de gestion de portefeuille doivent suivre de près le portefeuille et surveiller les progrès des projets à l’aide d’indicateurs clés de performance (KPI).

• Évaluer régulièrement les projets : cela permet aux équipes de gestion de portefeuille de comprendre si les projets sont sur la bonne voie et si les objectifs initiaux ont été atteints. Une évaluation régulière des projets permet également aux équipes de rectifier le tir ou de s’adapter aux changements.

En mettant en œuvre ces meilleures pratiques pour la gestion de portefeuille de projets, les organisations peuvent assurer la mise en œuvre efficace de leurs projets et atteindre leurs objectifs organisationnels.

Comment manager un portefeuille de projets PPM ?

Le management de portefeuille de projets (portfolio) est une activité récurrente de l’entreprise qui décide de recourir à ce type d’organisation pour optimiser sa gestion. Mais chaque projet ou programme du portefeuille est managé de façon indépendante, comme nous le verrons plus loin.

Le management de portefeuille de projets concerne la coordination de projets et de programmes d’une entreprise ayant un lien commun (par marchés, par techniques mises en jeu…), afin d’en optimiser le rendement de production, équilibrer le profil de risque, manager la conformité des projets avec la stratégie de l’entreprise en respectant les contraintes budgétaires.

La fonction de responsable de portefeuille est un des postes de l’organisation permanente de l’entreprise, au même titre que celle de
responsable des ressources humaines ou responsable de bureau d’études. Les projets et/ou programmes en cours dans le portefeuille existent pour un temps limité jusqu’à leur fin, alors que le portefeuille lui-même continue d’exister avec d’autres projets et d’autres programmes.

Le rôle du responsable de portefeuille est de coordonner, d’optimiser et d’aligner l’ensemble des projets du portefeuille sur la stratégie de l’entreprise. La personne occupant cette fonction a généralement en charge les arbitrages de priorité entre les projets du portefeuille et l’optimisation de l’utilisation complète des ressources.

Logiciel de gestion de portefeuille de projets : placer la barre haut

La plupart des logiciels de gestion de projet prennent en charge la planification, le suivi et l’établissement de rapports pour un projet
isolé. En revanche, les logiciels de gestion de portefeuille de projets ont ceci de spécial :

  • Ils permettent d’affecter des personnes à des activités de plusieurs projets et de suivre leurs travaux ;
  • Ils prennent en compte les dépendances interprojets des activités au moment du passage en revue de la programmation;
  • Ils effectuent le suivi et génèrent des rapports sur l’avancement de nombreux projets conduits simultanément;
  • Ils prennent en charge la communication,

Dans toute l’entreprise, des informations touchant la planification et la conduite de différents projets. Vous pouvez envisager d’utiliser un logiciel de gestion de portefeuille de projets si vous gérez votre projet dans le cadre d’un programme ou ensemble de projets et si votre organisation répond à ces critères :

  • Elle mène plusieurs projets impliquant plusieurs départements ;
  • Elle pourvoit ces projets en personnel à partir d’un pôle commun de ressources humaines ;
  • Elle suit des procédures de gestion de projet et de collecte de données bien établies.

Mise en place portefeuille de projets Informatique Exemple

Comme tout projet, la construction d’un portefeuille de projets est une succession de grandes étapes incontournables, toutes essentielles pour la réussite de sa mise en place.

Cette construction s’inscrit généralement au cœur d’une démarche plus large, visant à professionnaliser la gouvernance des projets.

Sa construction repose sur sept grandes étapes :

Process De Mise En Place Portfeuille Projets
Conduite du changement : Process de mise en place portefeuille de projets

Audit de l’éxistant :

lister les outils existants ainsi que les méthodes et pratiques projet
– étudier la répartition des rôles et responsabilités
– identifier le processus d’élaboration budgétaire
– identifier les processus de décision/validation
– apprécier le niveau de maturité (procédures, mode de fonctionnement…)

Définition des besoins : recueil auprès des différents utilisateurs de ce qu’ils attendent de trouver dans le portefeuille, en termes de

– périmètre
– règles de gestion et de codification
– informations à mettre en avant
– fonctionnalités de l’outil de pilotage du portefeuille de projets

Localisation des données :

– identifier les données nécessaires pour répondre aux besoins d’informations définis à l’étape 2
– localiser les données disponibles dans les différents systèmes
– identifier les données manquantes

Qualification et néttoyage des données :

– nettoyer les bases
– transformer les données si nécessaire

Mise en place du du process de collecte de données :

mettre en place les dispositifs de saisie des données absentes
– instaurer les pratiques concernant la récupération des données

Mise en place de l’outil de pilotage : conception, paramétrage, déploiement…

Construction des reportings : conception en fonction des besoins définis à l’étape 2, affinage avec les utilisateurs

Parallèlement à ces sept grandes étapes, la mise en place du portefeuille de projets repose sur trois grands axes : organisation, process et outil. Ces axes sont à prendre en compte à chacune des sept étapes présentées ci-dessus.

Axe À Prendre En Compte Lors De La Mise En Place D'Un Portefeuille De Projets
Les axe à prendre en compte lors de la mise en place d’un portefeuille de projets

Organisation : la gestion de portefeuille de projets nécessite la mise en place d’une organisation spécifique ; de nouveaux rôles et de nouvelles responsabilités devront être créés : définir le rattachement de la fonction de PMO, le système de reporting, les instances…

Process : de nouveaux process vont être créés notamment pour la collecte de données, le reporting, le contrôle, la gestion de l’allocation et de la réallocation de moyens, le qui fait quoi et quand, …

Outil : de nouveaux outils vont être mis en place pour faciliter la collecte, l’analyse, le suivi, la diffusion et la prise de décisions.

Par ailleurs, les hommes subissant le changement devront être accompagnés. La conduite du changement, par la prise en compte du facteur humain, est capitale si on veut pouvoir mettre en place ces nouvelles pratiques, souvent très impactantes. En effet, si on ne gagne pas l’adhésion des acteurs projet, la qualité des données sera moins bonne, ce qui aura pour effet de fausser les synthèses.

Il convient également de garder en tête le contexte politique dans lequel intervient la mise en place du portefeuille de projets. La solution qui semble idéale sur le papier ne pourra pas toujours être appliquée. Le succès dans la mise en place du dispositif passe par la prise en considération des attentes des acteurs et la capacité à trouver une convergence.

Il est important ne pas chercher à mettre en place une organisation contraire à la culture de l’entreprise.

Les projets du portefeuille sont régis par une méthodologie de gestion de projets, qui doit être unique pour l’ensemble des projets de l’entreprise. Elle repose sur :

  • des principes clés définis précisément (les phases, jalons, étapes et livrables)
  • un langage commun compris et accepté par tous (qu’est-ce qu’un projet, une étude d’opportunité, un reste à faire, un reste à consommer…)

Quelle structure mettre en place pour suivre et piloter le portefeuille de projets ?

Les entreprise qui choisissent de piloter leur portefeuille de projets céent généralement un Project Management Offoce (PMO). L’avantage de cette structure est qu’elle est à la fois centrale et transverse dans la structure.

Il n’y a pas de règles préétablies sur le placement optimal de cette structure au sein de l’organigramme d’une société. Certaines le placent transverse par rapport à la MOE et la MOA, d’autres au sein d’un département organisation, sous la responsabilité du directeur des études, ou encore au sein de la cellule de gestion des grands projets…

Selon l’importance qu’on lui donne, il a un rôle uniquement consultatif, de contrôle ou bien de direction (toutes les organisations ne donnent pas les mêmes responsabilités au PMO et ne le positionnent pas au même niveau).

Ses missions sont principalement de :

  • définir et suivre l’application des standards
  • collecter, suivre et faire remonter les informations du portefeuille de projets
  • calculer les dépassements (MOE et MOA)
  • préparer les analyses
  • préparer les arbitrages
  • organiser les réunions d’arbitrage

Le tableau de bord Indicateurs de performance : l’outil de pilotage du portefeuille de projets

Les tableaux de bord sont un ensemble d’indicateurs utilisés par tous les acteurs projets pour gouverner le portefeuille de projets. Idéalement : on ne retrouvera pas les mêmes informations pour un chef de projet, pour un directeur de programme ou pour un directeur informatique (plus on est haut niveau, plus la vision est large et synthétique).

Le tableau de bord est à la fois un instrument de pilotage et un outil d’animation. Il permet de :

  • Synthétiser et suivre l’état d’avancement des travaux
  • Optimiser l’allocation des ressources en fonction des résultats passés
  • Mettre en évidence les écarts entre prévisions et réalisations sur le projet et
  • Mettre en œuvre des actions correctives
  • Entretenir la dynamique auprès du commanditaire du projet

Pour qu’un tableau de bord de portfeuille de projets soit de bonne qualité, il doit être adapté à l’organisation : il n’existe pas de tableau de bord type, chaque entreprise a une sensibilité différente à laquelle il doit se conformer.

Cependant on retrouve certains invariants : des indicateurs toujours pertinents et adaptés à toutes les organisations. Quelques exemples :

Indicateurs de réalisation :

Ils concernent l’avancement des projets vis-à-vis des objectifs de départ. On retrouve dans ces indicateurs le taux d’avancement des travaux au regard du résultat final, le taux de consommation des ressources (jours/homme et euros), la consommation du temps calendaire. On met en parallèle l’avancement et le reste à faire avec le reste à consommer pour déterminer l’avance ou le retard.

Comptage des projets par type / par phase :

Un tableau comptabilisant les projets par phase et par département est un outil simple permettant d’endiguer certaines dérives, on assiste en effet parfois à des situations où des études d’opportunités ou de cadrages s’accumulent alors qu’on n’a pas la capacité de réaliser les projets. Le comptage des sujets par phase permet de s’assurer qu’on n’a pas d’emballement dans les process.

Budgets alloués et consommés :

La vision budgétaire est en général plus complexe à mettre en place car elle nécessite l’implication du contrôle de gestion : il est parfois difficile de déterminer la ventilation de certains coûts sur les projets (amortissement, licences…). De plus il peut être compliqué de collecter les charges et les temps passés par les services MOA.

Ressources impliquées :

Un inventaire très précis de toutes les ressources sollicitées avec une planification de leur participation doit être fait, et leur contribution donnera lieu à un suivi sous forme d’indicateurs de consommation. Il faut également prendre en compte leur disponibilité en fonction des contraintes liées à leur activité quotidienne. Un suivi particulier doit être fait pour les ressources critiques. Il peut être également important de faire un suivi des ressources sollicitées, notamment celles hors de l’équipe projet.

Suivi des risques et des priorités :

Les tableaux de bords de risques, dans lesquels sont synthétisés les risques les plus critiques, permettent une communication efficace vis-à-vis du management.

Pourquoi piloter son portefeuille de projets ?

La gestion de portefeuille de projets consiste à regrouper des projets afin d’en faciliter la gestion et d’atteindre les objectifs stratégiques d’une organisation. L’objectif principal est d’augmenter le retour sur investissement des projets. Cet objectif est atteint par différents moyens.

Tout d’abord, la sélection des projets est améliorée par la mise en place d’un processus permettant de recueillir et de qualifier les opportunités, de les hiérarchiser et de sélectionner les projets qui s’inscrivent dans la stratégie de l’entreprise.

Les ressources allouées aux projets sont optimisées grâce à la planification des capacités. Les taux de réussite des projets sont améliorés grâce à une gestion globale des ressources et du budget.

La hiérarchisation des projets est facilitée en fonction de différents paramètres tels que la disponibilité des ressources, les interdépendances et les risques.

En outre, l’arbitrage des projets est facilité pour concentrer les efforts sur les projets à forte valeur ajoutée grâce à l’affectation des ressources, au gel ou à l’arrêt des projets, ou à l’allocation d’un budget supplémentaire.

Enfin, la mise en œuvre de processus décisionnels clairs garantit une plus grande transparence et une meilleure compréhension de la part de toutes les parties prenantes.

Résumé

La gestion de portefeuille de projets consiste à regrouper des projets afin d’en faciliter la gestion et d’atteindre les objectifs stratégiques d’une organisation.

L’objectif principal est d’augmenter le retour sur investissement des projets. Cet objectif est atteint par différents moyens. Tout d’abord, la sélection des projets est améliorée par la mise en place d’un processus permettant de recueillir et de qualifier les opportunités, de les hiérarchiser et de sélectionner les projets qui s’inscrivent dans la stratégie de l’entreprise. Les ressources allouées aux projets sont optimisées grâce à la planification des capacités. Les taux de réussite des projets sont améliorés grâce à une gestion globale des ressources et du budget.

La hiérarchisation des projets est facilitée en fonction de différents paramètres tels que la disponibilité des ressources, les interdépendances et les risques. En outre, l’arbitrage des projets est facilité pour concentrer les efforts sur les projets à forte valeur ajoutée grâce à l’affectation des ressources, au gel ou à l’arrêt des projets, ou à l’allocation d’un budget supplémentaire. Enfin, la mise en œuvre de processus décisionnels clairs garantit une plus grande transparence et une meilleure compréhension de la part de toutes les parties prenantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× Logiciel de Gestion de la Qualité

× Logiciel de Gestion de la Qualité