Notez cette article

Le QRQC (quick response quality control) est une méthode rapide de résolution des problèmes. Elle est déployée à trois niveaux au sein d’une entreprise (direction, managers, équipes) et est basée sur l’approche du terrain opérationnel. Elle permet de remédier rapidement à tous les problèmes récurrents.

Lean, TPS et QRQC

Le quick response quality control n’est traité ni dans le Quality Control Handbook de Juran, ni dans le Lean Toolbox de John Bicheno, ni dans aucune publication du Lean Enterprise Institute. Il ne fait pas partie du système de production Toyota. Il est en fait né chez Nissan et s’est répandu dans les industries automobile et aérospatiale françaises.

En japonais, le Nissan Production Way (NPW) (日産生産方式, 2005) le cite parmi ses « 25 mots-clés » et lui consacre quatre pages.

Quelle est la Signification de « QRQC » ?

Appelée aussi l’esprit terrain de toyota, ce nom est l’abréviation de « Quick Response Quality Control » qui se traduit en Français par :

– Quality Control : contrôle de la qualité, – Quick Response : réponse rapide (au client).

Comme son nom l’indique, c’ est un système de gestion de la qualité qui vise à satisfaire le client le plus rapidement possible par des actions robustes et permanentes.

Ces deux éléments, qui peuvent sembler contradictoires, doivent toujours être gardés à l’esprit par ceux qui mettent en œuvre le QRQC.

La Définition du QRQC Quick response quality control : Réponse rapide, contrôle de la qualité

Quick response quality control, c’est-à-dire le contrôle de la qualité par la réponse rapide, est un concept de gestion développé par Nissan au Japon et adapté aux normes européennes par Valeo. L’approche QRQC est plus qu’un outil de résolution de problèmes.

C’est plutôt une culture ou un état d’esprit qui s’applique à tous les aspects de votre entreprise.

C’est un acronyme pour Quick Response Quality Control. C’est une méthode utilisée pour identifier et corriger les problèmes de qualité dans les processus de production.

Elle met l’accent sur l’approche « top/down » et utilise également l’approche « bottom/up » (en ce qui concerne les voies de communication).

La base est la réponse rapide aux problèmes de qualité ou de fabrication, qu’il s’agisse d’un client interne ou externe ou d’un fournisseur, afin d’atteindre le 0 défaut, des délais courts et la satisfaction du client.

Elle tente de conduire les activités de contrôle au niveau de l’opérateur, où il a le contrôle de « l’événement » et ce qu’il ne peut pas/ne contrôle pas est conduit vers le haut pour obtenir les ressources nécessaires pour résoudre le problème.

QRQC et PDCA

Le Quick Response Quality Contro est une méthode de contrôle de la qualité qui s’applique aux produits et services. C’est une approche itérative qui permet aux équipes de détection et de correction des problèmes le plus tôt possible dans le processus. Le QRQC est basé sur les principes de la démarche PDCA (Planifier-Do-Check-Act).

Comment faire un qrqc ?

La méthode Qrqc intervient aux trois niveaux suivants :

Le QRQC intervient aux trois niveaux suivants :

Niveau 1 : Les collaborateurs de ce niveau prennent en charge les problèmes quotidiens survenant à leur poste de travail ou leur ligne et tentent de les résoudre avec l’aide de leur équipe. Un suivi a lieu chaque semaine. Ceux qui ne peuvent être résolus dans la semaine sont délégués au niveau 2.

Niveau 2 : Le niveau 2 reprend quotidiennement ceux non résolus du niveau 1 et les 3 problèmes les plus importants de sa propre zone afin de les résoudre et organise un suivi hebdomadaire. Les problèmes qui ne peuvent être résolus sont délégués au niveau 3. Le niveau 2 participe également à un suivi hebdomadaire avec le niveau 1.

Niveau 3 : Le niveau de l’usine traite les problèmes qui n’ont pas pu être résolus au niveau 2 et les questions qui nuisent à l’ensemble de l’usine. Ces activités sont contrôlées toutes les deux semaines. Un suivi avec le niveau régional a lieu chaque semaine.

L’objectif est de trouver une solution rapide et définitive à un problème soulevé par l’un des niveaux individuels. Cela se fera en 3 phases :

Sur :

24 heures : Établissement d’un plan d’action avec des actions correctives.

5 jours : Analyse des causes et du manque de capacité à détecter le défaut. Détermination des actions correctives. Le diagramme d’Ishikawa est un outil de gestion des qrqc qui permet de mieux comprendre les causes d’un problème.

10 jours : Mise en œuvre des actions prévues et test de leur résultat. Application finale des activités afin d’éviter un retour du problème.

Comment animer un qrqc ?

L’animation est structurée en 3 séquences différentes, autour d’une réunion de 30 minutes par jour, qui elle-même est structurée en 4 phases :

Séquence 1 : avant la réunion, sélection d’un problème et désignation de la personne chargée de le traiter ;

Séquence 2 : pendant la réunion :

  • 1ère phase : présentation des résultats de la qualité,
  • 2ème phase : présentation du problème du jour,
  • 3ème phase : présentation de la résolution du problème traité la veille,
  • 4ème phase : clôture d’un problème

Séquence 3 : après la réunion, information des collaborateurs concernées, archivage et résolution du problème.

Les principes de la méthode QRQC

Cette méthode repose sur 4 principes clés :

  • 1. L’ attitude San Gen Shugi (les 3 réalités)
    • Real place : aller sur le terrain. La salle de réunion est proscrite.
    • Real parts : évaluer le problème sur la pièce (avec des pièces en main ‘’pièce bonne vs pièce mauvaise’’ si nous sommes dans l’industrie, ou ’’ situation normale vs situation anormale ’’ pour les autres départements)
    • Real data : parler avec des données réelles, pas de blabla.
  • 2. Quick response :
    • Réaction immédiate, arrêt au premier défaut (définir les règles)
    • Qu’avez-vous amélioré hier
  • 3. Logical thinking :
    • Raisonnement logique, basé sur le bon sens, grâce à des outils ultra perfectionnés que sont les yeux et les jambes. Oubliez votre imagination, oubliez vos opinions, oubliez vos certitudes
  • 4. On job training :
    • Le rôle de l’encadrement est de former, donner du support, encourager et s’assurer que les principes clés de cette outil sont suivis.

Comment mettre en place la méthode qrqc ?

Le concept sera mis en œuvre avec le soutien de divers outils de résolution de problèmes selon les principes suivants :

  • 1. le lieu réel (poste de travail-Gemba)
  • 2. la partie réelle (Genbutsu)
  • 3. avec les données réelles (Genjitsu)

C’est un concept qui repose sur une approche itérative de la résolution de problèmes. Il s’agit d’une méthodologie utilisée pour identifier rapidement les causes d’un problème et mettre en œuvre des actions correctives, basé sur les étapes suivantes :

Etapes de la démarche :

  1. Identifier les non-conformités en temps réel sur les lignes, (QQOQCCP) isoler les pièces non conformes.
  2. Mettre en œuvre les actions de sécurisation immédiates pour sécuriser le client et ne pas (ou ne plus) envoyer de pièces non conformes au client : tri ou autre. Vérifier l’efficacité de ces mesures.
  3. Chercher les causes racines du problème (5M, 5 pourquoi, arbre des causes) : pourquoi le problème est-il apparu ? Pourquoi ne l’avons-nous pas détecté plus tôt ? Il s’agit pour chaque 5M d’identifier les causes possibles, de vérifier les écarts par rapport aux standards définis.
  4. La pertinence des causes est validée sur le terrain.
  5. Décider ensuite des actions à mettre en œuvre pour supprimer les causes racines du problème, les mettre en œuvre rapidement.
  6. Vérifier l’efficacité de ces actions.
  7. Capitaliser les résultats au travers des standards ou autres actions ; généraliser les actions si possible aux process similaires. Communiquer la réussite.

Méthodologie de la démarche :

Les points clés résident dans l’approche factuelle. Il s’agit de travailler concrètement sur les pièces non conformes, aller directement sur le terrain (GEMBA), faire des réunions courtes, debout dans l’atelier, là où est détecté et/ou là où est produit le défaut.

Le groupe travaille sur des données factuelles et vérifie toutes ces hypothèses en production. La logique première est de protéger le client. Il faut analyser, raisonner de manière structurée et logique avec des outils simples, qui ont fait leurs preuves.

Pour réussir la mise en place de la méthode, il faut toujours démarrer avec des problèmes de périmètre limité et travailler en groupe transversal. La rigueur appliquée en résolution de problème doit aussi se déployer au niveau des méthodes : les opérateurs sur le terrain doivent disposer de standards et de moyens adaptés.

Quels sont les avantages du QRQC ?

Cette méthodologie est un outil efficace pour améliorer la qualité des produits et des processus. Il permet aux équipes de travailler de manière plus efficace et coordonnée pour résoudre les problèmes :

– elle permet une meilleure collaboration et une meilleure communication entre les différents membres de l’équipe ;
– il permet de mieux identifier les causes des problèmes et de les résoudre plus rapidement ;
– il permet d’améliorer la qualité des produits et des processus ;
– il permet de diminuer le nombre de défauts et de rejets ;
– il permet de réduire les coûts de production.

Comment réussir la mise en place du QRQC ?

Le but ultime du QRQC est de garantir la satisfaction totale du client. Par « client », on entend le client final mais aussi le processus en aval. Pour réussir, l’engagement du management doit être TOTAL :

  • Formation qrqc des collaborateurs à la méthode,
  • Définir un périmètre restreint,
  • Planifier les QRQC,
  • Définir tous les horaires des revues,
  • Définir clairement les standards pour chaque QRQC,
  • Définir la checklist d’audit QRQC,
  • Améliorer par étape (pas de complet ré-engineering à chaque fois),
  • Après avoir réussi dans un secteur de l’usine, planifier le déploiement dans le reste de l’organisation.

En plus il fait :

Assurer, au-delà de la recherche des causes, la mise en place rapide des solutions (d’où mobilisation des fonctions supports). Impliquer toute la ligne hiérarchique. Associé le QRQC à du management visuel pour voir et suivre les actions en cours.

Exemple d’entreprise utilisant QRQC

L’alliance Renault-Nissan a permis de découvrir cette forme de gestion de la qualité, également utilisée dans le système Toyota, et de l’adapter aux besoins de progrès de ses usines en s’appuyant sur les forces existantes.

Laisser un commentaire

laghouati

Laghouati Mohame El Amine Ingénieur d'état