Notez cette article

La qualité de l’air est un indicateur important de la santé de l’environnement. L’analyse de la qualité de l’air permet de détecter les polluants atmosphériques et de suivre leur évolution dans le temps. Ces analyses sont effectuées par des laboratoires spécialisés et certifiés.

qualité de l'air

Que contient l’air ?

L’air de notre atmosphère est principalement composé de deux gaz essentiels à la vie sur Terre : l’azote et l’oxygène. Toutefois, l’air contient également de plus petites quantités de nombreux autres gaz et particules. L’IQA permet de suivre cinq grands polluants atmosphériques :

  1. l’ozone troposphérique
  2. le monoxyde de carbone
  3. le dioxyde de soufre
  4. le dioxyde d’azote
  5. les particules en suspension dans l’air, ou aérosols.

L’ozone troposphérique et les particules en suspension dans l’air sont les deux polluants atmosphériques qui présentent le plus grand risque pour la santé humaine. Ils sont également les deux principaux ingrédients du smog, un type de pollution atmosphérique qui réduit la visibilité.

Comment mesurer la qualité de l’air ?

Elle est mesurée par l’indice de qualité de l’air, ou IQA. L’IQA fonctionne comme un thermomètre qui va de 0 à 500 degrés. Toutefois, au lieu d’indiquer les changements de température, l’IQA est un moyen d’indiquer les changements de la quantité de pollution dans l’air.

La qualité de l’air est une mesure de la propreté ou de la pollution de l’air. Il est important de surveiller la qualité de l’air car l’air pollué peut être mauvais pour notre santé et pour celle de l’environnement.

La qualité de l’air est mesurée à l’aide de l’indice de qualité de l’air, ou IQA. L’IQA fonctionne un peu comme un thermomètre qui va de 0 à 500 degrés. Toutefois, au lieu d’indiquer les changements de température, l’IQA permet d’indiquer les changements de la quantité de pollution dans l’air.

Atmolabo-QualitExpert laboratoires d’analyse de la qualité de l’air – Nos Mesures

Les laboratoires QualitExpert rendent compte de la qualité de l’air en utilisant des données actualisées et précises sur les niveaux de polluants dans l’air.

Nos laboratoires possèdent un matériel homologué et une équipe qualifiée pour mener les campagnes de mesures de la qualité de l’air intérieur et ambiant et des émissions canaliséesfugitives et diffuses ainsi que la modélisation de la dispersion atmosphérique.

appareils de mesures qualité de l'air Mesures

Nous contacter

Email : contact@qualitexpert-dz.com

Mesures des Rejets Atmosphériques

** Mesures réglementaires selon décret :

  • Les gaz de combustion et de process des rejets atmosphériques industriels telle que CO, NO, NO2, NOx, HF, HCl, NH3, métaux lourds et ses composés, composés organiques volatiles (COV), phosphine (PH3), phosgène (COCl2), SO2, CO2, dioxine et furanes.
  • Échantillonnage isocinétique et quantification granulométrique des poussières à l’émission selon ISO 9096.

Mesures de l’Air Ambiant Et Intérieur

Prélèvements et analyses des composés gazeux (CO, NO, NO2, SO2, H2S, les composés organiques volatiles COV, le formaldéhyde, etc.) et les composés particulaires (PM total, PM10, PM4, PM2.5 et PM 1)

Emissions Fugitives Des COV

Atmolabo identifie et mesure selon la méthode EPA 21 les fuites des composés organiques volatiles, en équivalent méthane, des équipements du secteur de production et de raffinage de pétrole et de gaz tel que les pompes, les compresseurs, les vannes, les brides, les conduites, les réservoirs, etc. Nous utilisons la procédure LDAR  (Leak Detection and Repair) pour atténuer vos pertes, optimiser votre production et protéger notre environnement.

IQA Indice de qualité de l’air – qu’est-ce que c’est ?

En termes simples, l’IQA est un indice utilisé pour déterminer la qualité de l’air au jour le jour. Grâce à lui, nous sommes en mesure de déterminer l’impact de l’air pollué sur notre santé pendant une période donnée.

Cette solution a été conçue pour mettre les gens dans le coup et les aider à comprendre comment le smog affecte leur bien-être.

L’indice IQA est une échelle de la pollution atmosphérique qui donne une indication de la pureté de l’air afin que nous puissions modifier nos activités de plein air si les niveaux de pollution sont élevés.

L’IQA est calculé à partir des données relatives aux cinq polluants qui sont surveillés. Pour chaque polluant, l’IQA est la valeur des données exprimée en pourcentage du niveau spécifié par un organisme de protection de l’environnement.

Il existe six catégories d’IQA, allant de « très bon » à « dangereux ». Chaque catégorie est représentée par une couleur différente.

Une valeur plus faible indique une meilleure qualité, et une valeur plus élevée une moins bonne qualité de l’air.

Lorsque l’IQA d’un polluant est mauvais, très mauvais ou dangereux, cela signifie que le polluant a dépassé la norme de qualité de l’air correspondante.

IQA Indice de qualité de l'air

Calcul de l’IQA

Pour calculer les valeurs de l’indice (IQA) pour chaque polluant, la lecture des données est divisée par la norme nationale et multipliée par 100 pour obtenir l’IQA du polluant.
La formule est la suivante :

A Q I polluant= lecture des données du polluant /standard × 100

La valeur « standard » dans la formule pour chaque polluant majeur est spécifiée par le une mesure nationale de la pollution de l’environnement (air ambiant) définit par le gouvernement.

Sur quoi se base l’indice de qualité de l’air ?

Le calcule l’indice IQA sur la base de cinq substances nocives principales :

  1. le dioxyde d’azote
  2. le monoxyde de carbone
  3. Ozone troposphérique
  4. le dioxyde de soufre
  5. Les matières particulaires.

Comme vous pouvez le deviner, plus la valeur de l’indice de l’air est élevée, plus le niveau de pollution atmosphérique est élevé et plus l’air est dangereux pour notre santé.

Quelles sont les causes de la mauvaise qualité de l’air ?

L’ozone est un gaz dont vous avez probablement entendu parler. Il s’agit d’une couche située très haut dans l’atmosphère terrestre. Cette couche d’ozone est une bonne chose : elle contribue à nous protéger des rayonnements nocifs du soleil.

Cependant, l’ozone troposphérique est mauvais pour la santé humaine. Il est créé lorsque la lumière du soleil réagit avec certaines émissions chimiques (par exemple le dioxyde d’azote, le monoxyde de carbone et le méthane).

Ces produits chimiques peuvent provenir d’installations industrielles, des gaz d’échappement des voitures, des vapeurs d’essence et d’autres sources.

Les particules en suspension dans l’air sont des gouttelettes solides et liquides en suspension dans l’air.

Ces particules se retrouvent dans l’air sur les chantiers de construction, les cheminées, les pots d’échappement des voitures, les feux de forêt, les volcans et bien d’autres endroits encore. Les particules peuvent également se former à partir de réactions chimiques dans l’atmosphère.

Pollution de l’air ambiant extérieur

La pollution de l’air ambiant extérieur dépend des sources d’émission locales mais aussi de la diffusion et du transport des polluants, conduisant à une distribution très irrégulière de ceux-ci. Les sources peuvent être naturelles ou anthropiques, ponctuelles ou diffuses, fixes ou mobiles.

La pollution est d’autant plus difficile à évaluer que les polluants émis directement par les sources et désignés comme « polluants primaires » sont transformés, selon leur stabilité chimique, par des réactions chimiques et photochimiques en d’autres espèces chimiques dites « polluants secondaires ».

On doit ainsi prendre en compte la nature et la concentration des polluants primaires émis, leur diffusion, leurs transformations chimiques éventuelles et les retombées au sol parfois très loin des sources. La qualité de l’air extérieur qui assure la ventilation des locaux est très surveillée et fait l’objet d’une réglementation contraignante.

Comment tester soi-même la qualité de l’air intérieur à la maison ou dan un logement ?

Vous vous surprenez à tousser et à éternuer beaucoup plus que d’habitude à la maison et vous ne savez pas pourquoi ? Vous gardez une maison relativement propre, mais vous ressentez toujours des symptômes d’allergie ou de rhume ?

Si c’est le cas, la qualité de l’air à l’intérieur de votre maison est peut-être contaminée.

Nous sommes nombreux à penser que si nous époussetons et aspirons régulièrement, et que nous désinfectons les surfaces autour de la maison, nous sommes à l’abri des particules qui peuvent nous nuire.

Bien que cela soit généralement vrai, il arrive qu’une maison présente des problèmes de qualité de l’air plus graves qu’un nettoyage général ne peut pas résoudre. Et comme les particules toxiques sont invisibles à l’œil nu, il n’est pas toujours possible de repérer un problème.

Alors, comment savoir dans votre maison elle est mauvaise, et si c’est ce qui vous rend malade ?

Un simple kit de test de la qualité d’air intérieur ou un appareil de mesure est tout ce dont vous avez besoin et il vous aidera à résoudre le mystère de ce qui se cache dans votre maison.

Quelles sont les normes de la qualité de l’air intérieur ?

Les normes sont généralement des lignes directrices fondées sur la santé qui visent à établir les concentrations de polluants atmosphériques auxquelles le public peut être exposé tout au long de sa vie sans effets néfastes importants au niveau de la population. Cela n’implique pas une sécurité totale pour tous les membres de la population.

On trouvera ci dessous les normes relatives aux mesures dans l’air intérieur récemment publiées :

ISO 16000-40:2019 Air intérieur — Partie 40: Système de management de la qualité de l’air intérieur

ISO 16000-1 : 2004 : Air intérieur – Partie 1 : Aspects généraux de la stratégie d’échantillonnage.

ISO 16000-5 : 2007 : Air intérieur – Partie 5 : Stratégie d’échantillonnage pour les composés organiques volatils (COV)

Pourquoi contrôle-t-on aujourd’hui fréquemment la composition de l’air ?

L’analyse de la qualité de l’air est importante pour comprendre comment l’environnement influence la santé. Elle est contrôlée plusieurs fois par jour dans les villes de plus de 100 000 habitants. Les concentrations de quatre polluants sont surveillées : le dioxyde de soufre, le dioxyde d’azote, l’ozone et les particules en suspension.

La qualité de l’air est définie par un autre indice appelé indice ATMO. Cet indice varie de 1 (très bonne) à 10 (très mauvaise).

Il existe deux niveaux d’urgence. Au premier niveau, dit « d’information et de recommandation », il faut prévenir la population. Au second niveau, dit « d’alerte », il faut réduire les activités humaines responsables de la pollution (réductions des limitations de vitesse et de la circulation routière, ralentissement ou arrêt des industries polluantes).

La pollution de l’air provoque principalement des irritations des yeux, des problèmes de vision et des difficultés pour respirer.

Cette pollution peut aussi entraîner des douleurs de poitrine et des toux. Les personnes les plus fragiles sont les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes sensibles (fumeurs, asthmatiques, malades du cœur ou des poumons).

Dans les cas extrêmes, des risques de cancer sont possibles. En 1952, une forte pollution de l’air a entraîné la mort de 4 000 personnes à Londres (Angleterre).

Laisser un commentaire

laghouati

Laghouati Mohame El Amine Ingénieur d'état