3.9/5 - (8 votes)

Le chapitre 8 de la norme iso 14001 2015 comprend les exigences relatives à la planification et au contrôle des processus opérationnels nécessaires au systèmes de management environnementale SME et à la gestion des situations d’urgence.

iso 14001

Le chapitre 9 de la norme iso 14001 2015 couvre les tâches de révision du SME. Il s’agit notamment de :

  • Mettre en œuvre le suivi, la mesure, l’analyse et l’évaluation (section 9.1)
  • Audit interne (section 9.2)
  • Effectuer la revue de direction (section 9.3)

Planification et contrôle des processus pertinents pour l’environnement

Quelles sont les exigences de la norme iso 14001 ?

Les processus importants liés au systèmes de management environnementale SME doivent être planifiés et contrôlés selon des critères opérationnels définis. Cela concerne :

  1. Prise en compte des exigences environnementales dans le processus de développement des produits ou des services, en tenant compte de chaque étape de leur cycle de vie.
  2. Détermination des exigences environnementales pour l’acquisition de produits et de services
  3. Contrôle ou influence des processus externalisés
  4. Communication des exigences environnementales définies aux partenaires contractuels externes
  5. Fourniture d’informations sur les impacts environnementaux potentiels importants liés au transport/à la livraison, à l’utilisation, au traitement en fin de vie et à l’élimination finale des produits et services.

Des informations documentées doivent être disponibles pour la réglementation des processus mentionnés sous dans le point 1 et 5.

Afin de déterminer si un processus remplit les conditions d’un processus externalisé, les critères suivants peuvent être utilisés (cf. ISO 14004, S. 88) : La fonction ou le processus

  • est fermement intégré dans les processus fonctionnels de l’organisation,
  • est nécessaire pour le SME,
  • est responsable de l’organisation
  • est perçu par les parties intéressées comme étant de la responsabilité de l’organisation.

Quel est l’objectif visé ?

Les processus pertinents pour l’environnement doivent se dérouler selon des conditions définies, documentées et contrôlables afin de garantir que les effets nocifs des produits ou services sur l’environnement sont réduits ou au moins maîtrisés.

Les exigences relatives à la gestion des processus ont été renforcées dans la norme ISO 14001:2015, qui met davantage l’accent sur le cycle de vie. L’étendue de la réglementation, c’est-à-dire la question de savoir si l’organisation peut contrôler ou seulement influencer le processus ou si elle n’a pas la possibilité d’agir du tout, doit être déterminée de manière plausible par l’organisation en tenant compte du contexte défini, des aspects environnementaux significatifs identifiés, des obligations contraignantes ainsi que des opportunités et des risques.

Assistance à la mise en œuvre dans la pratique

Pour pouvoir planifier et contrôler les processus, il est d’abord nécessaire d’obtenir une vue d’ensemble des processus. À cette fin, l’instrument de la carte des processus (Instrument de cartographie des processus ICP) est utilisé dans le cadre des systèmes de gestion, dans lesquels les processus opérationnels sont différenciés et visualisés en fonction des processus de gestion, de valeur ajoutée et de soutien. Si l’organisation dispose d’un SMQ certifié, l’aperçu/la carte des processus est généralement déjà disponible. Si le développement a lieu dans la propre organisation les processus mentionnés aux points 1 et 2 s’y trouvent. Il est alors à considérer :

  1. Quels autres processus se déroulant dans l’organisation sont pertinents pour l’environnement et doivent être réglementés (par exemple, la fabrication) et
  2. Quels processus résultant du SME doivent être complétés dans le ICP (par exemple, l’identification et l’évaluation des aspects environnementaux, la conformité légale, si nécessaire également les déchets, les eaux usées, la gestion de l’énergie).

La figure 1 visualise un ICP élargi en conséquence. Ceci est utile pour avoir une vue d’ensemble de tous les processus à contrôler d’un point de vue environnemental en un coup d’œil. Alternativement, les processus 3-5 peuvent bien sûr être documentés par un second diagramme.


Le type de régulation du processus dépend du type de processus et du potentiel d’influence. Le tableau 1 donne un aperçu des options de contrôle ou d’influence possibles pour les processus énumérés aux points 1 à 5.

chapitre 8 iso 14001
Figure. 1 Carte de processus avec les processus à réglementer dans la planification et le contrôle opérationnels (marqués par *)
Les processus à contrôlerNature du régimePotentiel d’influence
a) DéveloppementProcédures, contrats ou accords documentés avec les fournisseurs (par exemple, spécification des valeurs limites, des matières premières, preuve de la certification selon la norme ISO 14001). Réalisation d’enquêtes ou d’audits environnementaux auprès des fournisseursEn fonction de la position dans la chaîne de valeur
b) Marchés publicsvoir ci-dessus et Instruction de procédure « achats écologiques » (si nécessaire différenciés selon les groupes de produits)En fonction de la position dans la chaîne de valeur
c) Processus externalisésCommunication de la politique, des objectifs, des engagements et des critères environnementaux contraignants aux partenaires contractuels dans le cadre de la passation de marchésInfluenceable
d) Communication des exigences environnementales définies aux partenaires contractuels externesFiches de sécurité pour les entreprises externes sur les réglementations/normes du SME dans le cadre du processus de passation de marchés
Instruction des entreprises extérieures avant le début des travaux
Communication de la politique, des objectifs, des obligations et des critères environnementaux aux fournisseurs dans le cadre de la conclusion de contrats
En fonction de la position dans la chaîne de valeur
Fourniture d’informations environnementales en rapport avec Transport’/Livraison Utilisez Traitement en fin de vie l’élimination finaleFourniture d’informations sur les intrants ou les produits aux consommateurs. Obligations de remboursement, -communautésSelon le secteur d’activité
Tableau. 1 Réglementations possibles des processus liés à l’environnement

Réglementer la préparation aux situations d’urgence et la prévention des risques

Les exigences de la norme

L’organisation doit :

  • élaborer des plans d’urgence pour éviter le danger
  • répondre aux situations d’urgence qui se présentent et prendre les mesures appropriées
  • effectuer régulièrement des exercices d’urgence
  • revoir régulièrement les processus et les actions prévues, en particulier après une situation d’urgence ou un exercice.
  • fournir des informations sur la gestion des situations d’urgence aux parties intéressées et aux personnes travaillant pour le compte de l’entreprise

Des informations documentées doivent être disponibles pour ces processus.

Quel est l’objectif visé ?

Dans le cadre d’un SME, non seulement les processus de fonctionnement courant mais aussi les éventuelles situations « anormales » doivent être réglementés afin de limiter autant que possible les éventuels effets néfastes sur l’environnement.

Assistance pour la réalisation dans la pratique

En principe, il s’agit d’une exigence familière à toutes les organisations en vertu de la législation sur la santé et la sécurité au travail ou le contrôle des émissions de chaque pays. Par conséquent, les plans d’urgence pour les situations d’urgence typiques, comme par exemple.

Mettre en œuvre le suivi, la mesure, l’analyse et l’évaluation

Exigences de la norme

Les exigences portent sur deux domaines :

  • 1 Les performances environnementales doivent être contrôlées, mesurées, analysées et évaluées. À cette fin, il est déterminé :
    • ce qui est contrôlé, mesuré, analysé et évalué, quand et avec quelles méthodes (il faut veiller à des conditions contrôlées telles que des instruments de mesure étalonnés, l’application de normes de mesure, le recours à du personnel compétent et le contrôle de la qualité)
    • les critères d’évaluation des performances environnementales et les indicateurs environnementaux appropriés

Les informations relatives à la performance environnementale doivent être communiquées en interne et en externe – selon le processus de communication et les obligations contraignantes.

  • 2 La conformité aux obligations légales et autres obligations contraignantes est évaluée. L’organisation doit :
    • déterminer à quelle fréquence le respect des engagements est évalué,
    • évaluer le respect de leurs obligations et prendre des mesures en cas d’écarts,
    • connaître et évaluer leur situation en ce qui concerne le respect des engagements.

Des informations documentées doivent être disponibles pour les deux domaines.

Quel est l’objectif visé ?

Les processus et activités définis dans le SME opérationnel par le biais des exigences standard précédentes doivent être régulièrement révisés. À cette fin, ils doivent être contrôlés, mesurés, analysés et évalués selon des critères précis. L’examen porte donc sur les aspects environnementaux ainsi que sur les objectifs environnementaux, la conformité juridique, les spécifications organisationnelles ou procédurales ou la fonctionnalité de l’infrastructure (machines et équipements).

L’accent mis sur les chiffres clés requis au point 1 a été nouvellement introduit par la révision de la norme et vise à fournir aux parties prenantes internes et externes des preuves quantitatives de l’amélioration continue requise et réalisée dans le SME.

Assistance à la mise en œuvre dans la pratique

Les spécifications relatives au suivi, à la mesure, à l’analyse et à l’évaluation sont mieux réglementées dans les exigences standard respectives et sont déjà incluses dans les formulaires présentés dans cet essentiel lorsque cela est possible. Cela s’explique très bien à l’aide de l’exemple des aspects environnementaux et des obligations contraignantes.

Dans le formulaire de la Fig. 2, les aspects environnementaux sont enregistrés et évalués.
La dernière colonne mesure et surveille l’évolution de l’aspect environnemental au moyen d’un chiffre clé. Celle-ci est analysée et évaluée régulièrement.
Dans le formulaire de la Fig. 3, les obligations contraignantes sont enregistrées. Les trois dernières colonnes servent à vérifier le respect des réglementations légales et autres et à définir les mesures, les délais et les responsabilités en cas d’écarts.

De la même manière, le suivi, la mesure, l’analyse et l’évaluation peuvent également être intégrés dans les informations documentées des autres exigences standard, par exemple :

  • Chapitre. 4 : Mise à jour et évaluation régulières de l’analyse du contexte et des parties prenantes,
    • Le chapitre 4 a été entièrement réinséré dans l’ISO 14001:2015. L’objectif est que, lors de l’élaboration de leur SME, les organisations doivent également et initialement tenir compte de l’environnement dans lequel elles sont intégrées. La prise en compte de l’environnement interne et externe et des parties prenantes associées est une condition préalable à la définition du champ d’application du SME.
  • Chapitre. 5 : Examen régulier de l’actualité de la politique environnementale, rôles, responsabilités et autorités
  • Chapitre. 6 : Mise à jour régulière et évaluation des opportunités et des risques, aspects environnementaux, conformité juridique, objectifs et mesures environnementaux
  • Chapitre. 7 : Mesure de la compétence transmise dans le cadre de la formation réalisée le suivi régulier de l’état de mise en œuvre des mesures de communication interne et externe des mesures de communication externe, un examen régulier de l’actualité et de la pertinence des informations documentées.
  • Chapitre. 8 : Examen régulier de l’actualité et de l’adéquation des spécifications pour la maîtrise du processus.
    • Le chapitre 8 comprend les exigences relatives à la planification et au contrôle des processus opérationnels nécessaires au SME et à la gestion des urgences.
  • Chapitre. 9 : réalisation régulière d’audits internes et de revues de direction
    • Le chapitre 9 couvre les tâches de révision du SME.
      • Mettre en œuvre le suivi, la mesure, l’analyse et l’évaluation (section 9.1).
      • Effectuer des audits internes (section 9.2)
      • Effectuer une revue de direction (section 9.3).
  • Chapitre. 10 : Mise en œuvre continue des mesures correctives identifiées.
    • Le chapitre 10 est un nouveau chapitre selon le HLS et souligne l’importance de l’amélioration continue dans le contexte des systèmes de gestion.
      • Généralités (section 10.1)
      • Non-conformité et actions correctives (par. 10.2)
      • Amélioration continue (clause 10.3).

Cela signifie que de nouveaux critères de contrôle, de mesure, d’analyse et d’évaluation ne doivent pas être définis ici, mais qu’ils doivent plutôt être intégrés dans les processus prédéfinis et analysés ici de manière globale. Il est important d’obtenir une vue d’ensemble de tous les processus et activités à contrôler, par exemple au moyen d’un calendrier de contrôle ( figure 2).

Il peut être complété par d’autres informations, telles que la surveillance de l’infrastructure technique, qui est souvent réglementée de manière exhaustive dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail dans le cadre des plans de maintenance. De cette manière, il est également possible d’obtenir une bonne vue d’ensemble des chiffres clés utilisés dans l’organisation, de leur transfert dans un système de chiffres clés (cf. fig. 7 voir articles : Élaboration d’objectifs environnementaux iso 14001 et d’un programme environnemental) et de leur évaluation.

exigences
Figure 2 Structure formelle d’un calendrier de surveillance

Audit interne

Exigences de la norme

Des audits internes doivent être réalisés à intervalles réguliers pour vérifier si le SME répond aux exigences de la norme ISO 14001 et fonctionne et est vécu conformément au cahier des charges. En tenant compte de la pertinence environnementale et de l’audité. Parfois, il est également possible de déterminer l’orientation thématique de l’audit interne en fonction de l’orientation prévue de l’audit externe (de suivi ou de recertification) ultérieur.

Établissement d’un plan d’audit

Un plan d’audit doit être établi pour chaque audit interne (Figure 4). Il montre la séquence chronologique d’un audit spécifique avec les domaines à auditer et les auditeurs en fonction des points focaux techniques du programme d’audit. Le processus d’audit est normalisé conformément à la norme ISO 19011:2011 et comprend :

iso 14001
Figure. 3 Formulaire du programme d’audit
iso 14001
Figure 4 Formulaire du plan d’audit
  • Déclaration d’ouverture,
  • L’audit selon les exigences standard (par exemple par des entretiens, des inspections, des observations, des mesures), et
  • Entretien de clôture.

Élaboration de listes de contrôle des audits

Étant donné qu’un audit est une procédure documentée, des listes de contrôle doivent être préparées pour l’audit des exigences de la norme et doivent inclure

  • Critères d’audit (exigence cible : que veux-je vérifier ?),
  • Preuves d’audit (statut réel : qu’ai-je vérifié ?),
  • Les résultats de l’audit (que montre la comparaison cible/réel).

Sur cette base, des conclusions d’audit (conformité, écart mineur, écart majeur) peuvent être tirées et visualisées, par exemple au moyen d’un schéma de feux de signalisation (Figure 5).

iso 14001
Figure 5 Formulaire de liste de contrôle de l’audit. (En utilisant l’exemple de l’exigence standard section 4.1)

Préparation d’un rapport d’audit

Les résultats de l’audit sont résumés dans un rapport d’audit. Il contient toutes les informations organisationnelles et techniques sur l’audit effectué. Il doit être court et concis, de préférence basé sur la liste de contrôle de l’audit, afin de donner un aperçu rapide des résultats et des mesures de suivi de l’audit qui en découlent.

Effectuer la revue de direction

Exigences de la norme

  • État d’avancement des mesures issues des précédents examens de la gestion
  • Changements (questions internes/externes, engagements contraignants, aspects environnementaux significatifs, risques et opportunités)
  • Degré de réalisation des objectifs
  • les performances environnementales de l’organisation, y compris les tendances en matière de non-conformité et d’actions correctives, les résultats de la surveillance et des mesures, le respect des engagements contraignants, les résultats des audits
  • Adéquation des ressources
  • Commentaires des parties intéressées externes
  • Possibilités d’amélioration continue

En conséquence, la direction générale doit tirer des conclusions sur le fonctionnement du SME et prendre des décisions sur son orientation stratégique et opérationnelle future. Les évaluations de la gestion doivent être attestées par des informations documentées.

Quel est l’objectif visé ?

L’examen de la gestion est également un outil inhérent à tous les systèmes de gestion. Grâce à elle, la direction générale remplit ses tâches en matière de leadership et d’engagement. Les décisions qui y sont prises constituent une impulsion essentielle pour l’orientation et l’amélioration continue du SME.

Assistance à la mise en œuvre dans la pratique

La revue de direction est préparée par le responsable du management environnemental ou l’équipe environnementale et, dans de nombreuses organisations, elle est réalisée une fois par an, après l’audit interne et avant l’audit externe de suivi ou de ré-certification. Cela a pour effet d’impliquer la direction générale de manière sélective dans le processus d’évaluation. De même, en ce qui concerne les exigences relatives au leadership et à l’engagement du chapitre 5 de la norme ISO 14001:2015, il peut être plus approprié d’effectuer la revue de direction plus régulièrement et de la combiner avec les éléments suivants les réunions qui ont lieu chaque mois au niveau de la direction en tout cas (par exemple, les réunions des directeurs de division).

En d’autre terme cette procédure présente l’avantage de les « données » exigées par la norme ne sont pas toutes discutées en même temps, mais plutôt réparties sur l’ensemble de l’année peuvent être discutées au cours de l’année selon des points focaux définis thématiquement. Indépendamment du moment et de la fréquence de l’évaluation, celle-ci doit être être documentée (Figure 6).

Le chapitre 5 est également un nouveau chapitre dans lequel les exigences relatives au top management (synonyme de management exécutif, c’est-à-dire les personnes ou le groupe de personnes qui dirigent et contrôlent une organisation au plus haut niveau) ont été résumées de manière structurée. Il s’agit notamment de :

iso 14001
Figure 6 Formulaire de documentation de la revue de direction en utilisant l’exemple des « commentaires des parties intéressées ».

Comment mettre en place une certification iso 14001 ?

la certification iso 14001 : Certifiée dans plus de 320 000 organisations du monde entier, la norme ISO 14001 est devenue la principale référence dans le domaine de la management environnementale des entreprises.

La norme ISO 14001 est la norme développée par l’Organisation internationale de normalisation (ISO) pour décrire les exigences d’un système de management environnementale (SME) fiable et pour encourager sa mise en œuvre.

Un SME est un ensemble de procédures formelles qui définit comment une installation va gérer ses impacts sur l’environnement. Une installation dotée d’un SME est tenue d’établir une politique environnementale, de fixer des objectifs quantifiables pour réduire ses impacts sur l’environnement et de suivre ses progrès par le biais d’un audit systématique et d’un examen de la gestion. En outre, les SME sont basés sur un modèle d’amélioration continue qui exige des entreprises qu’elles revoient et actualisent périodiquement leurs objectifs environnementaux pour s’assurer que les impacts négatifs sur l’environnement sont réduits au minimum.

Lire l’article : La certification iso 14001 et ces conséquences sur les performances

Qui donne la certification iso 14001 ?

Pour obtenir la certification, une entreprise doit suivre les étapes suivantes :

  • Définir et mettre en œuvre un SME basé sur les exigences de la norme ISO 14001.
  • Mener au moins un cycle complet d’audit interne. Au cours de cette étape, il est nécessaire de rassembler tous les documents qui seront nécessaires lors de l’audit externe.
  • Choisissez un organisme de certification et envoyez la demande de certification. L’organisme de certification est la société qui vérifie la conformité des processus du SME aux exigences de la norme ISO 14001. L’organisme de certification contrôle également si le système est efficace et s’améliore. Il est fondamental d’interroger plusieurs organismes de certification pour décider lequel est le plus approprié pour l’entreprise.

Lire l’article : La certification iso 14001 et ces conséquences sur les performances

Laisser un commentaire

exigences