Notez cette article

Sortie iso 45001

L’élaboration d’une norme ISO comporte un certain nombre d’étapes :

Projet de comité (version CD) ;
Projet de norme internationale (version DIS)
Projet final de norme internationale (version FDIS).

Après chaque étape, il y a un vote, sur la base duquel il est déterminé si l’étape suivante de l’élaboration peut être franchie. Avec les versions CD et DIS, des commentaires sur le contenu peuvent être soumis en plus du vote. La version FDIS ne peut faire l’objet que d’un vote. La première version DIS de l’ISO 45001 a été publiée en février 2016, mais n’a pas été approuvée.

Cela signifie qu’une deuxième version du DIS a dû suivre. Cette version a été publiée le 19 mai 2017. Elle est approuvée, la version FDIS à été suivie jusqu’au la fin 2017, avec une publication mars 2018 comme montre la figure suivante.

sortie iso 45001

Quelles sont les exigences de la norme iso 45001 dans gestion des risques et opportunités?

Avant d’aborder se sujet nous relatons en ce qui suit les chapitres de la normes iso 45001 version 2018 :

Exigences ISO 45001 version 2018 
Articlecycle PDCAExigences N°Nombre
4ContextePlanifier (Plan)1 ÷ 1111
5LeadershipPlanifier, Dérouler, Comparer, Agir 
(Plan, Do, Check, Act)
12 ÷ 5948
6PlanificationPlanifier (Plan)60 ÷ 12061
7SupportDérouler (Do)121 ÷ 15838
8RéalisationDérouler (Do)159 ÷ 18932
9PerformanceComparer (Check)191 ÷ 24252
10AméliorationAgir (Act)243 ÷ 264 22
Total264
EXIGENCES DE LA NORME ISO 45001

Pour plus de détails consulter : Qu’est-ce que la norme iso 45001 ?

C’est quoi ISO/CD 45002 : Management de la santé et de la sécurité au travail

ISO/CD 45002 : Management de la santé et de la sécurité au travail – Lignes directrices générales pour la mise en œuvre de l’ISO 45001:2018.

La compréhension des risques et des opportunités iso 45001 est essentielle pour améliorer la gestion de la santé et de la sécurité par une organisation. La gestion de la santé et de la sécurité ne consiste pas simplement à examiner les activités de l’organisation et à identifier les risques liés, par exemple, au travail sur un toit ou à la manipulation de produits chimiques. Un système de gestion de la santé et de la sécurité au travail (SST) efficace repose sur une réflexion fondée sur les risques à chaque étape.

risques

La réflexion fondée sur le risque n’est pas complexe. Une personne prend automatiquement des décisions fondées sur le risque.

  • a) Lorsque nous préparons une boisson chaude, nous tenons automatiquement la bouilloire par son anse pour éviter de nous brûler et choisissons une tasse adaptée pour contenir l’eau bouillante.
  • b) Lorsque nous traversons la route, nous cherchons un espace dans le trafic ou décidons d’utiliser un passage à niveau.

Comment identifier les risques et opportunités ?

Il existe différents types de risques et d’opportunités à prendre en compte, notamment :

  1. Les risques de santé et de sécurité au travail pour les travailleurs (ce qui peut blesser un travailleur, ce qui peut le rendre malade) ;
  2. les risques pour le système de gestion (ce qui pourrait empêcher le système de bien fonctionner, par exemple des systèmes qui ne fonctionnent pas ensemble, des pannes techniques, le manque de personnel qualifié) ;
  3. les possibilités d’améliorer les performances en matière de santé et de sécurité au travail (ce qui peut rendre votre lieu de travail plus sûr ou vos pratiques de travail plus saines, par exemple en vous débarrassant des équipements défectueux ou en veillant à ce que les travailleurs fassent des pauses régulières au cours de leur journée de travail) ; et
  4. les possibilités d’améliorer le système de gestion (qu’est-ce qui peut faire en sorte que toutes les parties du système de l’organisation fonctionnent mieux ensemble ? par exemple, une meilleure communication sur ce qu’il faut faire et comment le faire ou sur ce qui a changé, le partage des connaissances et l’implication de tous les travailleurs).
risques et opportunités

Champ d’application

Cette norme britannique fournit des conseils sur l’identification et la gestion des risques et des opportunités dans un système de gestion de la santé et de la sécurité au travail.

Cette norme britannique peut aider les organismes à répondre aux exigences pertinentes de la norme BS ISO 45001 Systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail. Elle n’ajoute pas, ne soustrait pas et ne modifie pas de quelque manière que ce soit les exigences de la BS ISO 45001. Elle ne prescrit pas non plus d’approches obligatoires pour la mise en œuvre.

La norme britannique peut être utilisée par toute organisation, quels que soient son type, sa taille ou sa maturité.

Références normatives

Il n’y a pas de références normatives dans ce document.

NOTE Les organisations peuvent utiliser ce document sans référence directe à BS ISO 45001. Cependant, les organisations qui souhaitent revendiquer la conformité à BS ISO 4S001 doivent se référer directement à BS ISO 4S001 lorsqu’elles utilisent ce document.

Termes et définitions

COMMENTAIRE DE L’ARTICLE 3

Il existe un certain nombre de termes définis dans la norme BS ISO 45001, y compris des termes couramment utilisés. Cependant, lors de l’utilisation de la BS ISO 4S001, il est important de prendre note de ces définitions techniques afin de s’assurer qu’il n’y a pas de malentendu dans son application.

Par exemple, les petites entreprises ne réalisent pas toujours que le terme « organisation » fait référence aux petites entreprises ainsi qu’aux grandes sociétés (ou aux organismes publics, aux organisations caritatives, etc.)

Le terme « organisation » peut également être utilisé pour décrire une partie d’une entreprise, par exemple un département ou un site – si c’est l’étendue du système de management de la santé et de la sécurité au travail.

De même, le terme « direction générale » désigne la personne qui dirige ou contrôle l’organisation – le ou les décideurs de haut niveau. En termes pratiques, la direction générale peut désigner le propriétaire d’une petite entreprise, le conseil d’administration ou, dans une structure non hiérarchique, toute personne impliquée dans la prise de décisions de haut niveau.

La définition du terme « travailleur » est également à noter. Dans la norme BS ISO 45001, le terme « travailleur » est inclusif et fait référence à toute personne travaillant sous le contrôle de l’organisation, y compris les propriétaires d’entreprise, les conseils d’administration, les cadres supérieurs, les stagiaires, les bénévoles, tous les employés et les contractants.

Tous les termes et définitions de la BS ISO 45001 peuvent être trouvés sur la plateforme de navigation en ligne de l’ISO : http://iso.org/obp.fLast consulté le 18 février 2019].

Danger

source pouvant causer des blessures et des problèmes de santé

[SOURCE : ISO 45001:2018, modifiée]

NOTE Les dangers peuvent également inclure des sources susceptibles de causer des dommages ou des situations dangereuses, ou des circonstances avec un potentiel d’exposition menant à des blessures et à une mauvaise santé.

Risque

effet de l’incertitude

NOTE 1 Un effet est un écart par rapport à ce qui est attendu, positif ou négatif.

NOTE 2 L’incertitude est l’état, même partiel, d’insuffisance d’informations relatives à, la compréhension ou la connaissance d’un événement, de sa conséquence ou de sa probabilité.

[SOURCE : ISO 45001:2018, modifiée]

Opportunités pour la santé et la sécurité au travail

Circonstance ou ensemble de circonstances pouvant conduire à une amélioration de la performance en matière de sécurité et de santé au travail.

Risques de santé et de sécurité de travail

Combinaison de la probabilité d’occurrence d’un ou de plusieurs événements dangereux ou d’une ou de plusieurs expositions liés au travail et de la gravité des blessures et des problèmes de santé pouvant être causés par cet ou ces événements ou cette ou ces expositions.

Contexte de l’organisation

Les risques et les opportunités à prendre en compte par l’organisation dépendent du type d’organisation, de ce qu’elle fait et du lieu où elle le fait. C’est le contexte de l’organisation.

Par exemple, si l’organisation fabrique des voitures dans une grande usine en bordure d’une grande ville, les risques pour la santé et la sécurité de ses travailleurs sont très différents de ceux auxquels sont confrontés les travailleurs d’un petit café dans un village tranquille.

Le contexte ne reste pas le même – les organisations se développent et les activités changent (par exemple, de nouvelles lignes de production ou de nouvelles technologies sont introduites). La main-d’œuvre elle-même change au fil du temps. Tout changement apporté à l’organisation a un impact sur ses risques et ses opportunités.

Le contexte comprend également des facteurs indépendants de la volonté de l’organisation. Par exemple, en cas d’événement météorologique extrême (canicule, tempête de neige, inondation), les risques et les opportunités de l’organisation peuvent changer. De même, si l’économie mondiale s’effondre, si la législation change ou si le paysage politique se modifie, les risques et les opportunités de l’organisation peuvent changer.

Le contexte comprend également les personnes et les autres organisations qui peuvent être affectées par le système de management de la santé et de la sécurité au travail de l’organisation – ou qui peuvent l’affecter. Ce sont les parties intéressées de l’organisation.

L’organisation doit toujours prendre en compte les besoins et les attentes des parties intéressées, ainsi que les risques et les opportunités associés.

Par exemple :

  1. Les régulateurs : les travailleurs de l’organisation courent des risques si celle-ci ne respecte pas la législation en matière de santé et de sécurité. L’organisation elle-même court également des risques si le non-respect de la loi entraîne des poursuites ou la fermeture de l’entreprise.
  2. Chaîne d’approvisionnement : le système de management de la santé et de la sécurité au travail de l’organisation est menacé si les travailleurs sous contrat ne sont pas conscients et ne respectent pas les règles de santé et de sécurité. Un contractant s’attend à ce que ses travailleurs soient protégés, mais il peut aussi apporter des risques supplémentaires sur le lieu de travail en raison des activités qu’il mène, de son manque de formation en matière de santé et de sécurité ou de sa méconnaissance de la manière dont il affecte les autres travailleurs. D’un autre côté, il est également possible de partager les bonnes pratiques et les connaissances.
  3. Actionnaires : il existe des risques si les actionnaires ou les propriétaires de l’organisation ne soutiennent pas le système de management en investissant suffisamment d’argent ou en donnant l’exemple. En revanche, si les actionnaires ou les propriétaires investissent du temps et des efforts, il existe des possibilités d’améliorer à la fois la santé et la sécurité et le système de management.

Le rôle du Leadership et la participation des travailleurs : 2 deux
notions incontournables de l’ISO 45001

L’ ISO 45001 exige la consultation et participation des travailleurs au SMSST : pour procéder il faut s’assurer du leadership ces deux exigences sont deux notions incontournables et de la participation des travailleurs.

risques
Management de la santé et de la sécurité
selon l’ISO 45001

Le management des risques et des opportunités commence par la direction générale.

Les personnes au sommet de l’organisation sont essentielles au succès du système de gestion et à l’amélioration de la santé et de la sécurité sur le lieu de travail.

Si la direction générale estime que le système de management de la santé et de la sécurité au travail est le problème du responsable de la santé et de la sécurité, il y a un risque pour la main-d’œuvre et il est peu probable que le système de gestion soit efficace.

Si, par exemple, le conseil d’administration d’une entreprise est motivé uniquement par le profit et ne s’intéresse pas à la santé et à la sécurité, il y a un risque que non seulement les performances en matière de santé et de sécurité au travail soient mal communiquées, mais aussi que les travailleurs soient exposés à un risque permanent. Un système de gestion ne peut être efficace dans un tel environnement.

Par contre, si la direction générale intègre la santé et la sécurité au travail dans la gestion globale de l’entreprise et la considère comme un élément essentiel de la réussite, il est possible de créer une culture de santé et de sécurité au travail positive avec une main-d’œuvre engagée, et d’améliorer continuellement la santé et la sécurité des travailleurs.

Il en va de même pour une petite entreprise détenue par une seule personne. Si le propriétaire s’intéresse à la question et encourage les travailleurs à parler de la santé et de la sécurité et à contribuer à leur amélioration, le système de gestion fonctionnera mieux et le risque d’accident ou de maladie sera réduit.

Une culture positive de la santé et de la sécurité au travail est le fruit de dirigeants qui encouragent les travailleurs à s’impliquer dans l’élaboration et la gestion du système de gestion et à prendre en compte les idées et les améliorations.

Les travailleurs les plus proches des risques sont ceux qui ont le plus à perdre et à gagner du système de gestion de la santé et de la sécurité au travail, et qui ont également la meilleure connaissance des dangers auxquels ils sont confrontés chaque jour.

En veillant à ce que les travailleurs de tous les niveaux puissent soulever des problèmes, suggérer des améliorations et gérer la santé et la sécurité, on évite qu’un travailleur prenne des décisions sur des risques de santé et de sécurité au travail qu’il ne comprend pas et qui ne le concernent pas personnellement. Cela compromettrait l’ensemble du système de gestion.

Planification ISO 45001

Actions pour faire face aux risques et aux opportunités

Il est important de réfléchir largement aux types de risques et d’opportunités qui peuvent affecter le système de gestion de la santé et de la sécurité au travail de l’organisation et de prendre le temps de les comprendre.

Il s’agit notamment de :

  1. les dangers pour les travailleurs (tout ce qui peut causer des blessures ou des problèmes de santé) et les risques de santé et de sécurité au travail qui y sont liés (probabilité d’être affecté par le danger et gravité potentielle de l’impact) ;
  2. les opportunités en matière de santé et de sécurité au travail (les choses qui peuvent conduire à l’amélioration de la performance en matière de santé et de sécurité au travail) ; et
  3. les risques pour le système de gestion de la santé et de la sécurité au travail lui-même et les possibilités de l’améliorer.

Tous les risques et toutes les opportunités n’ont pas la même importance : hiérarchisez et concentrez vos efforts sur ceux qui ont le plus d’impact.

Le point de départ doit être de réfléchir à ce qui peut nuire aux personnes. Cela concerne à la fois la sécurité et la santé. De nombreux éléments sur un lieu de travail peuvent potentiellement nuire aux personnes – ce sont les dangers. Un danger devient un risque important s’il est.. ;

  1. susceptibles de se produire
  2. le préjudice causé à une ou plusieurs personnes pourrait être grave.

Ce sont les dangers et les risques qui nécessitent le plus d’attention.

Il convient de noter que les risques pour la sécurité impliquent généralement des événements distincts (incidents), tandis que les effets des risques pour la santé peuvent être instantanés ou apparaître au fil du temps, après une exposition à un danger.

Les risques dépendent de ce qu’une organisation fait et de la manière dont elle le fait, et peuvent aller des glissades, des trébuchements et des chutes à des problèmes de santé potentiellement mortels.

Pour identifier les dangers, adoptez une approche logique, étape par étape – n’oubliez pas de penser aux activités occasionnelles, telles que le nettoyage ou l’entretien, aux changements planifiés ou non (permanents ou temporaires) ou aux éventuelles situations d’urgence (incendie, explosions, attentats) qui peuvent entraîner différents dangers et risques.

Il peut être utile de réfléchir aux différents types de danger, tels que ;

  • physique (par exemple, travail en hauteur, dans des espaces réduits ou à des températures extrêmes, fatigue) ;
  • chimique (par exemple, l’exposition à des éléments tels que des liquides ou des fumées nocifs) ;
  • biologiques (par exemple, les risques organiques comme les virus, les insectes, les bactéries) ;
  • psychologique (par exemple, stress, harcèlement, surmenage) ;
  • mécaniques (par exemple, objets pointus, pièces mobiles, machines et outils) ;
  • électrique (par exemple, équipement électrique défectueux, contact avec un conducteur électrique) ; et
  • naturelles (par exemple, inondations, vagues de chaleur, tempêtes, tremblements de terre).

L’identification et la compréhension des dangers peuvent être facilitées par, par exemple :

  1. en regardant sur le lieu de travail ;
  2. parler aux travailleurs ;
  3. lire les informations des fournisseurs
  4. en tenant compte des incidents passés et des dossiers de mauvaise santé.

Une fois que les dangers ont été identifiés et compris, les risques doivent être évalués et classés par ordre de priorité.

Le risque est plus élevé si elle :

  1. est susceptible de se produire ; et/ou
  2. peut avoir un effet grave.

L’importance du risque sera influencée par les contrôles qu’une organisation a déjà mis en place (par exemple, des protections pour les machines, une bonne ventilation et un bon éclairage, des processus de dénonciation, des formations, des contrôles de santé réguliers).

L’organisation doit essayer d’éliminer les dangers lorsqu’elle le peut ou de réduire les risques autant que possible, mais dans la limite du raisonnable (on parle souvent de « niveau le plus bas qu’il soit raisonnablement possible d’atteindre » ou ALARP). Pour ce faire, on utilise généralement un processus appelé « hiérarchie des contrôles » (voir clause 8).

En plus de l’évaluation des risques, une organisation doit réfléchir aux opportunités telles que les changements à apporter à l’environnement de travail, aux conditions de travail et à la manière dont le travail est organisé. Lors de la planification des opportunités, l’organisation doit réfléchir à ce qui peut avoir le plus grand impact et au moment opportun pour agir.

L’une des occasions les plus importantes est le moment où un changement se produit dans l’organisation ou dans ses activités et où il est possible d’intégrer des considérations de SST à ce changement, plutôt que de s’occuper de problèmes qui surviennent après que le changement a été effectué.

Une organisation doit également prendre en compte les risques et les opportunités qui ne sont pas directement associés à des atteintes aux personnes, mais qui affectent plutôt l’efficacité du système de gestion de la santé et de la sécurité au travail lui-même.

Par exemple :

  • une organisation peut avoir besoin de coordonner des plans avec ses voisins ; les retards ou les difficultés à travailler avec les voisins peuvent affecter le système de gestion de la santé et de la sécurité au travail ;
  • une main-d’œuvre transitoire, qui change fréquemment, avec des niveaux d’expérience variables, peut signifier que la formation et les communications doivent être ajustées pour s’assurer que les personnes sont toujours compétentes ; et
  • une organisation qui introduit de nouveaux produits, services ou activités peut manquer de connaissances et de compétences pour faire face aux dangers et risques possibles, ce qui a une incidence sur le bon fonctionnement du système de gestion de la santé et de la sécurité au travail.

Une autre partie essentielle de la gestion des risques consiste à connaître et à respecter les exigences légales, réglementaires et autres (telles que celles d’une société mère ou d’un contrat). Les exigences légales varient selon le type et la taille de l’entreprise. Il est donc important que la direction se tienne au courant de tout changement et communique ces exigences aux travailleurs, si nécessaire.

NOTE Le HSE fournit de plus amples informations sur l’identification des dangers, l’évaluation des risques et les exigences légales, cf. http://www.hse.gov.uk/risk/identifv-the-hazards.htm [Dernière consultation le 18 février 2019],

Objectifs de la sécurité et de la santé au travail et planification pour les atteindre

Les objectifs en matière de santé et de sécurité au travail doivent refléter les risques et les opportunités prioritaires qui ont été identifiés.

Il est important, lors de la définition de ces objectifs, d’adopter une approche pratique, afin de s’assurer que les objectifs sont gérables et réalisables tout en constituant un défi. Il est essentiel de savoir qui est responsable de chaque objectif et de connaître les délais pour les atteindre, ainsi que d’obtenir l’engagement et les ressources nécessaires de la part de la direction. L’engagement des travailleurs et la communication des objectifs dans l’ensemble de l’organisation sont également les clés du succès.

Soutien

Pour gérer efficacement les risques liés à la santé et à la sécurité au travail, l’organisation doit disposer de suffisamment de temps, d’argent, de personnel et, si nécessaire, d’équipements.

Le système de gestion de la santé et de la sécurité au travail est en danger si un manque de financement empêche la mise en place des mesures de protection identifiées ou la modification des méthodes de travail.

Cependant, il n’est pas nécessaire de passer des jours à discuter de la manière de réduire le nombre de coupures de papier ou de dépenser une fortune dans un système complexe de surveillance de la santé si l’activité d’une organisation est à faible risque et que l’exposition à des dangers graves est rare.

Les travailleurs sont généralement la ressource la plus importante lorsqu’il s’agit de gérer les risques et les opportunités, tant pour les personnes que pour le système de gestion. Donner aux travailleurs le temps de réfléchir et d’agir sur les risques et les opportunités est un bon point de départ pour la gestion des risques de santé et de sécurité au travail.

Il est également essentiel d’aborder la question des compétences. Il existe différents types de compétences à prendre en compte, telles que les compétences à.. :

  1. effectuer des tâches spécifiques en toute sécurité et sans mettre les autres en danger ;
  2. d’identifier les dangers, de comprendre leurs risques et de gérer ces risques de manière efficace ; et
  3. planifier, répondre et gérer les situations d’urgence.

Les exigences en matière de compétences ne restent pas les mêmes, pas plus que les compétences individuelles ou organisationnelles. Il est important de s’assurer qu’elles sont régulièrement revues et que des mesures sont prises pour combler les lacunes éventuelles.

Il est important d’éviter de compliquer excessivement la paperasserie et de produire trop de processus et de procédures écrits. L’organisation ne doit documenter que ce qui est nécessaire pour s’assurer que le système de gestion de la santé et de la sécurité au travail fonctionne et que les exigences légales et autres sont respectées.

La manière dont l’organisation communique avec ses travailleurs et d’autres personnes doit être adaptée à ceux qui doivent être informés, sinon les personnes concernées risquent de ne pas être au courant des changements potentiels.

Par exemple, une société de développement de logiciels pourrait trouver que l’utilisation d’une plateforme en ligne pour communiquer est plus appropriée, tandis que les mécaniciens pourraient trouver qu’une conversation et un résumé sur le tableau d’affichage sont plus efficaces.

Opération

Planification et contrôle opérationnels

Une fois que les risques ont été identifiés et classés par ordre de priorité, l’organisation doit les contrôler du mieux qu’elle peut. Pour ce faire, un système a été mis au point, appelé « hiérarchie des contrôles » ; l’idée est que la mesure la plus élevée est la meilleure, mais si cela n’est pas possible, il faut utiliser celles qui suivent. Parfois, en utiliser plusieurs est la solution la plus efficace et la plus pratique.

La hiérarchie des contrôles est ;

  1. l’élimination (supprimer complètement le danger) ;
  2. la substitution (utiliser quelque chose de moins dangereux, par exemple utiliser des échafaudages au lieu d’échelles) ;
  1. les contrôles d’ingénierie (changements pratiques pour réduire le risque, par exemple les protections des machines ou la réorganisation du travail) ;
  2. les contrôles administratifs (sensibiliser et informer, par exemple par des panneaux, des instructions, des formations) ; et
  3. équipement de protection individuelle (porter des protections pour limiter l’exposition, par exemple des masques, des protections auditives).

Les contrôles les plus appropriés pour les risques de l’organisation peuvent changer au fil du temps, par exemple lorsque de nouveaux matériaux ou de nouvelles technologies deviennent disponibles.

Préparation et réponse aux situations d’urgence

Les organisations doivent être conscientes des urgences potentielles et disposer d’un plan pour y faire face. La probabilité d’un type particulier d’urgence doit être prise en compte, ainsi que sa gravité.

Les urgences ne se produisent pas toujours exactement comme prévu, c’est pourquoi l’organisation doit s’assurer qu’elle effectue une évaluation des risques sur place et qu’elle est capable d’adapter sa réponse à l’évolution de la situation.

La capacité à répondre à une situation d’urgence changeante peut être testée par le biais de scénarios de bureau et d’exercices réels, mais il faut veiller à varier les exercices et les scénarios de test pour éviter la complaisance ou l’hypothèse que tout fonctionnera et que la situation sera identique dans une urgence réelle.

Évaluations et performances

Suivi, mesure, analyse et évaluation des performances

L’évaluation des performances consiste à répondre à deux questions :

  1. le système de gestion (et ses processus) fonctionne-t-il correctement ?
  2. les contrôles que vous avez mis en place permettent-ils de prévenir les accidents et les maladies ?

Le risque est un facteur important pour répondre à ces deux questions. La prise en compte des risques peut aider l’organisation à décider ce qui doit être mesuré et ce qui doit être surveillé. De nombreux éléments peuvent être mesurés dans le cadre d’un système de management, c’est pourquoi il est important de se concentrer sur ce qui compte :

  1. les exigences légales sont-elles respectées, y compris celles qui ont récemment changé ?
  2. les autres exigences sont-elles respectées, comme celles convenues avec votre chaîne d’approvisionnement ou votre société mère ?
  3. La performance en matière de santé et de sécurité au travail s’améliore-t-elle ou se détériore-t-elle ?
  4. Les objectifs de santé et de sécurité au travail sont-ils atteints ?

L’organisation doit s’assurer que les contrôles visant à prévenir les blessures et les problèmes de santé sont surveillés et fonctionnent efficacement.

L’organisation doit donner la priorité à ses risques les plus importants en matière de santé et de sécurité au travail. Par exemple, si l’organisation a des activités contrôlées par des systèmes formels de permis de travail ou des procédures spécifiques, il est important de vérifier que ceux-ci sont correctement appliqués.

De même, les contrôles des risques d’incendie peuvent être mesurés en s’assurant qu’il y a une inspection périodique des voies d’évacuation d’urgence pour vérifier qu’elles sont claires et accessibles, et en mesurant le temps qu’il faut pour quitter le bâtiment pendant les exercices d’incendie.

Audits internes

Les audits internes du système de gestion de la santé et de la sécurité au travail doivent couvrir l’ensemble du système au fil du temps. Tous les processus décrits dans le système de gestion de la santé et de la sécurité au travail doivent être inclus à un moment donné, ainsi que tous les sites.

L’audit doit se concentrer sur les zones à plus haut risque. Par exemple, dans une organisation dont les activités de bureau présentent un risque relativement faible et les activités d’usine ou de site un risque plus élevé, il convient de se concentrer davantage sur les activités d’usine ou de site.

En ce qui concerne les risques et les opportunités en matière de santé et de sécurité au travail, les audits internes permettent de vérifier si :

  1. les évaluations des risques sont à jour et révisées périodiquement ;
  2. les travailleurs effectuant une activité comprennent comment le risque est évalué et utilisent les contrôles appropriés :
  3. les travailleurs ont la compétence nécessaire ;
  4. l’évaluation de l’évolution des risques a lieu
  5. les possibilités d’éliminer les dangers et de réduire les risques sont identifiées et mises en œuvre.

Il est important que la direction générale évalue la performance globale du système de gestion de la santé et de la sécurité au travail, plutôt que de se concentrer sur des parties spécifiques de celui-ci. Les diverses activités de mesure, de surveillance et d’audit devraient permettre de déterminer si :

  1. l’organisation comprend ses risques en matière de santé et de sécurité au travail et a mis en place des contrôles appropriés ;
  2. les travailleurs comprennent les risques qui peuvent les affecter et appliquent les contrôles convenus ;
  3. s’il est nécessaire de modifier les contrôles des risques, ou s’il est possible d’éliminer un danger ou de réduire encore plus les risques ; et
  4. l’organisation se conforme à ses obligations légales et à d’autres exigences dans la manière dont elle gère la santé et la sécurité au travail.

Améliorations

Les moyens d’améliorer la performance de l’organisation en matière de sécurité et de santé au travail, ou le système de gestion de la sécurité et de la santé au travail, devraient apparaître clairement en évaluant le fonctionnement du système.

Bien que certaines améliorations puissent impliquer une planification complexe et prendre du temps à mettre en œuvre, des changements rapides et simples dans la façon dont le travail est effectué peuvent également faire une différence positive.

Les améliorations peuvent inclure :

  1. évaluer les risques plus souvent ;
  2. partager les meilleures pratiques en adhérant à des organismes professionnels ou en participant à des événements de mise en réseau ;
  3. l’amélioration des connaissances organisationnelles et individuelles
  4. changer la façon dont quelque chose est fait (par exemple, s’assurer que plus d’une personne vérifie que les mesures de sécurité sont en place avant une activité).

Psychosociale et sécurité au travail iso 45003 : 2021

la norme ISO 45003,  Management de la santé et de la sécurité au travail – Santé psychologique et sécurité au travail – Lignes directrices pour la gestion des risques psychosociaux, qui donne des orientations sur la gestion des risques liés à la santé psychologique et à la sécurité au sein d’un système de management de la santé et de la sécurité au travail.

Psychosociale et sécurité au travail iso 45003 : 2021
Exemples risques et opportunités pour l'application de l'ISO 45001 1

Elle aborde les différents facteurs susceptibles d’affecter la santé psychologique des travailleurs, notamment une communication inefficace, une pression excessive, un encadrement insuffisant et une culture organisationnelle défaillante.

La norme couvre des aspects tels que la manière d’identifier les conditions, les circonstances et les exigences du milieu professionnel pouvant potentiellement nuire à la santé psychologique et au bien-être des travailleurs ; la manière d’identifier les principaux facteurs de risque et de les évaluer afin de déterminer les changements nécessaires pour améliorer l’environnement de travail ; ainsi que la manière d’identifier et de maîtriser les dangers liés au travail et de gérer les risques psychosociaux dans le cadre d’un système de management de la santé et de la sécurité au travail.

ISO 45003 aidera également les utilisateurs à répondre aux exigences d’ISO 45001, la toute première Norme internationale relative aux systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail, la pierre angulaire d’une organisation résiliente qui peut compter sur un personnel fort, sain et heureux.

Qu’est-ce que l’ISO 45003 ?

L’ISO 45003 est la première norme mondiale donnant des conseils pratiques sur la gestion de la santé psychologique sur le lieu de travail. Elle fournit des orientations sur la gestion des risques psychosociaux, dans le cadre d’un système de management de la santé et de la sécurité au travail.

 Elle comprend :

  • Des informations sur la manière de reconnaître les risques psychosociaux qui peuvent affecter les travailleurs, tels que ceux qui découlent du travail à domicile
  • Des exemples d’actions efficaces – souvent simples – qui peuvent être prises pour les gérer et améliorer le bien-être des employés (BSI)

Cette norme contribue aux Objectifs de développement durable suivants :

risques opportunités iso 45001
Exemples risques et opportunités pour l'application de l'ISO 45001 2

Laisser un commentaire

laghouati

Laghouati Mohame El Amine Ingénieur d'état