• Auteur/autrice de la publication :
  • Post published:juillet 4, 2022
  • Post category:Iso 14001
  • Post comments:0 commentaire
  • Post last modified:juillet 4, 2022
  • Temps de lecture :33 min de lecture
4/5 - (8 votes)

Quelles sont les exigences de la norme iso 14001 ? Les clause Iso 14001  version 2015 standards

Les systèmes environnementaux(Les normes ISO 14001 et ISO 14004, définissent les spécifications et lignes directrices pour l’utilisation et la mise en œuvre du SME.) sont souvent considérés par les chefs d’entreprise modernes comme des systèmes qui fournissent les moyens de respecter la conformité environnementale et la législation réglementaire, mais cette perspective peut empêcher un SME (système de management environnemental) correctement construit d’atteindre son plein potentiel, qui offre des avantages financiers, économiques et de réputation, ainsi que l’avantage environnemental évident.

Qu’elle soit autonome ou intégrée à un autre système de management, tel que l’ISO 9001 (qualité) ou l’OHSAS18001 (santé et sécurité au travail), la norme ISO 14001:2015 fournit des conseils et des orientations sur la manière dont un organisme doit gérer et atténuer son impact sur l’environnement.

Comprendre comment utiliser intelligemment la norme peut apporter de nombreux avantages à une organisation de toute taille. Cette article est conçu pour aider les employés impliqués dans l’établissement et le maintien d’un SME au sein de leurs organisations respectives.

Chaque clause sera expliquée dans le même ordre avec des numéros de clause identiques à ceux des clauses de la Norme internationale ISO 14001:2015 elles mêmes. Des liens vers d’autres articles seront également fournis dans le texte pour aider le lecteur.

iso 14001

1 Processus et approche processus

1.1 Termes et définitions

Processus : Peut être défini comme une série d’activités et d’actions qui peuvent être répétées de manière cohérente pour produire une transformation en un produit ou un service à partir d’une série d’entrées vers une sortie définie.

Approche par processus : Les systèmes environnementaux, à l’instar des autres systèmes de gestion, utilisent une combinaison de séquences et d’interactions pour produire un résultat souhaité. Lorsque toutes les activités et actions sont gérées ensemble en tenant compte les unes des autres et du résultat final, cette méthode est connue sous le nom d’approche processus.

Une approche par processus spécifiera également la responsabilité envers les propriétaires de processus, par exemple, au lieu d’être considérée comme générique. Par conséquent, lorsqu’une entreprise dispose d’un SME qui est considéré comme un système actif et fluide, prenant en compte toutes les variables et leurs effets sur les objectifs, cela est considéré comme une approche processus.

Intrants : L’ensemble des éléments qui peuvent être nécessaires pour alimenter un processus, par exemple – les ressources, les matières premières et les machines.

Produits : Le résultat d’un processus, qu’il s’agisse de biens ou de services ou d’extrants indésirables, tels que le gaspillage ou la pollution. Il convient de noter qu’un extrant n’est pas toujours un élément final, mais peut n’être que l’entrée du processus suivant dans une chaîne.

2 Approche du processus impact

L’utilisation de l’approche par processus est un élément essentiel de la conformité et de la certification à la norme ISO 14001:2015, mais elle ne garantit pas les avantages environnementaux ou financiers de manière isolée. Cependant, comme nous pouvons le voir sur le diagramme, un système de management environnemental basé sur les processus est un outil utile qui assure une continuité à travers les opérations, en créant un lien entre les politiques, les exigences, les performances, les objectifs et les actions, et en réduisant ainsi l’impact environnemental.

L’approche par processus devient donc la méthode la plus efficace pour gérer et atténuer les risques et les impacts environnementaux, étant donné qu’elle permet une vision plus analytique et systémique des interactions entre les processus et de leurs effets, plutôt que de se concentrer sur les problèmes plus locaux qui surviennent au sein du processus. La gestion du SME par un système qui a été développé avec une compréhension totale de la relation des processus en interaction et de leurs effets produira plus d’avantages à court et à long terme pour l’organisation qui cherche à mettre en œuvre et à maintenir la norme ISO 14001:2015.

3 Le cycle Plan-Do-Check-Act

pdca iso 14001

Le cycle « Planifier-Faire-Vérifier-Agir » (PDCA) est essentiel au fonctionnement du système de management environnemental tel que spécifié par la norme ISO 14001:2015, en termes de réalisation par rapport aux objectifs fixés et d’amélioration continue. Il peut être décrit comme suit:

Plan : l’établissement d’objectifs et de processus susceptibles de les atteindre, en harmonie avec la politique environnementale établie par l’organisation.

Do : la mise en œuvre des processus planifiés

Check : le suivi et la mesure des résultats par rapport à la politique environnementale, y compris l’ensemble des engagements, des objectifs et des critères, et l’établissement de rapports à ce sujet.

Act : les actions conséquentes prises pour assurer une amélioration continue.

Il convient de noter que le cycle PDCA est une méthodologie de système de management reconnue qui est utilisée dans divers systèmes de management d’entreprise, mais son utilisation est à la fois obligatoire et hautement bénéfique dans le cadre de la norme ISO 14001:2015.

Pour plus d’informations sur le cycle PDCA, voir l’article PDCA dans la norme ISO 14001.

4 Contexte de l’organisme

4.1 Comprendre l’organisation et son contexte

Cette clause est nettement plus prescriptive que dans la version 2004 de la norme, et exige que l’organisation détermine tous les problèmes internes et externes qui peuvent être pertinents pour la réalisation des objectifs du SME lui-même. Cela inclut tous les éléments qui sont, et peuvent être capables d’affecter ces objectifs et résultats dans le futur.

Pour plus d’informations sur ce sujet, veuillez consulter l’article Comprendre le Contexte de l’organisme ISO 14001 Facile

4.2 Comprendre les besoins et les attentes des parties intéressées

La norme exige maintenant que l’organisation évalue qui sont les parties intéressées par son SME, quels sont leurs besoins et leurs attentes, et par conséquent, si certains d’entre eux doivent devenir des obligations de conformité.

4.3 Détermination de la portée du SME

Le champ d’application et les limites du SME doivent maintenant être examinés en profondeur et définis en tenant compte des parties intéressées susmentionnées et de leurs besoins, ainsi que des obligations de conformité qui en découlent. Il faut également prendre en compte les fonctions et les limites physiques du SME, ainsi que tous les produits, services et activités, y compris la capacité de l’organisation à exercer un contrôle sur les facteurs externes, les résultats de l’ensemble de la définition étant inclus dans le SME et conservés de manière critique en tant qu' »informations documentées ».

Pour plus d’informations sur ce sujet, veuillez consulter l’article Comprendre le Contexte de l’organisme ISO 14001 Facile

4.4 EMS Système de management environnemental

La norme indique qu’un SME doit être établi pour atteindre les résultats en utilisant des processus interactifs et en utilisant les informations spécifiées dans (4.1) & (4.2) pour fournir une amélioration continue. L’objectif final est d’améliorer la performance environnementale de l’organisation.

5. Leadership

5.1 Leadership et engagement

Là encore, cette clause est beaucoup plus prescriptive que dans la version 2004, l’utilisateur se voyant rappeler que l’organisation et la direction générale conservent à tout moment la responsabilité de la performance de tous les facteurs de performance internes et externes. Il est donc parfaitement logique que la politique et les objectifs environnementaux soient alignés les uns sur les autres, ainsi que sur les politiques stratégiques et l’orientation générale de l’entreprise, y compris l’intégration avec d’autres systèmes d’entreprise, le cas échéant.

Des ressources doivent être prévues pour que le SME puisse fonctionner efficacement, et la direction doit s’assurer que les personnes responsables du SME disposent du soutien, de la formation et des conseils appropriés pour accomplir leurs tâches efficacement. La communication est également essentielle du point de vue de la direction, et les méthodes et fréquences de communication doivent être définies et établies pour les parties intéressées internes et externes.

En résumé, il incombe à la direction de l’organisation de faire preuve d’un niveau accru de leadership, d’implication et de coopération dans le fonctionnement du SME.

Pour plus d’informations sur ce sujet, veuillez consulter l’article Politique environnementale et le rôle du leadership iso 14001

5.2 Politique environnementale

La direction générale a la responsabilité d’établir une politique environnementale, qui soit adaptée à l’organisation en termes de taille, de portée, d’activités et d’ambitions de l’organisation, et qui fournisse un cadre formel pour la fixation des objectifs. De toute évidence, la politique doit inclure un engagement envers la prévention de la pollution, la protection de l’environnement et tous les facteurs contextuels de l’organisation elle-même. Le respect des facteurs de conformité et de réglementation est évidemment un élément clé, et une méthode de saisie et d’enregistrement des données est nécessaire doit être établie.

Enfin, et c’est essentiel, la politique environnementale doit prévoir un engagement en faveur de l’amélioration continue du SME et de ses résultats. Il est essentiel que la politique environnementale soit conservée sous forme d’informations documentées, qu’elle soit communiquée au sein de l’organisation et qu’elle soit disponible pour toutes les parties intéressées.

Pour plus d’informations sur ce sujet, veuillez consulter l’article Politique environnementale et le rôle du leadership iso 14001

5.3 Rôles, responsabilités et pouvoirs de l’organisation

La norme indique qu’il incombe à la direction générale de s’assurer que les rôles, les responsabilités et les pouvoirs sont délégués et communiqués efficacement. La responsabilité doit également être attribuée pour s’assurer que le SME répond aux termes de la norme 14001:2015 elle-même, et que la performance du SME peut être rapportée avec précision à la direction générale.

Pour plus d’informations sur ce sujet, veuillez consulter l’article Devez-vous former l’ensemble de votre personnel à la norme ISO 14001 ?

6. Planification iso 14001 version 2015

6.1 Actions pour faire face aux risques et aux opportunités – révisions 2015

Cette clause a remplacé « action préventive » dans la révision 2015 de la norme 14001. La norme stipule que l’organisme doit établir, mettre en œuvre et maintenir les processus nécessaires pour répondre aux exigences de l’ensemble de la section de planification elle-même. Lors de la planification du SME, il convient de prendre en considération le contexte de l’organisation (section 4.1) et les besoins et attentes des parties intéressées (section 4.2), ainsi que la portée du SME.

Les risques et les opportunités doivent être pris en compte par rapport à ces éléments, ainsi que les questions juridiques et réglementaires, et les aspects environnementaux de l’organisation elle-même. Ce résultat doit garantir que le SME peut atteindre les résultats et les objectifs prévus, que tous les facteurs externes susceptibles d’affecter la performance sont évités et qu’une amélioration continue peut être réalisée.

En ce qui concerne les situations d’urgence, l’organisation est tenue de déterminer toutes les situations susceptibles de se produire et d’avoir un impact environnemental. Là encore, il est essentiel de conserver des informations documentées concernant les risques et les opportunités envisagés et traités dans la phase de planification afin de satisfaire aux termes de la clause.

Pour plus d’informations sur ce sujet, cliquez sur l’article Mesures pour faire face aux risques et opportunités ISO 14001

6.1.2 Aspects environnementaux

La norme ISO 14001:2015 demande aux organismes de prendre en compte, du point de vue du cycle de vie – qui comprend le transport, l’élimination et le recyclage ainsi que la production – tous les aspects environnementaux de ses produits, services et activités qui sont considérés comme étant sous le contrôle de l’organisme.

Les modifications ou les changements futurs prévus des services doivent également être pris en compte, de même que toute situation anormale susceptible de se produire et que l’organisation peut raisonnablement prévoir – par exemple, si vous êtes sur le point de lancer un nouveau produit qui nécessite des matériaux d’emballage radicalement nouveaux. Là encore, l’organisation doit conserver des informations documentées sur cette clause et ses éléments, et une communication aux niveaux appropriés avec une fréquence efficace doit être planifiée et entreprise.

En termes d’informations documentées, si vous vous assurez que tous les impacts réels et associés, les critères que vous utilisez pour les définir et vos impacts environnementaux significatifs sont documentés, alors vous satisferez aux termes de cette clause.

Pour plus d’informations sur ce sujet, veuillez consulter l’article Comment déterminer les aspects environnementaux significatifs AES ?

6.1.3 Obligations de conformité

Il s’agit d’une partie relativement simple, mais évidemment essentielle de la norme ISO14001:2015. L’organisme doit décider des obligations liées à ses aspects environnementaux et de la meilleure façon d’y accéder, décider de la façon dont elles s’appliquent à l’organisme, et les prendre en considération lors de l’établissement, de l’exploitation et de l’amélioration continue parle biais du SME. Des preuves documentées doivent être enregistrées pour ces obligations, également.

Pour en savoir plus sur ce sujet, veuillez consulter l’article Obligations de conformité à ISO 14001:2015 Et évaluation ?

6.1.4 Actions de planification

Dans cette clause, la norme stipule que l’organisation doit prévoir de prendre des mesures pour traiter les aspects environnementaux, les risques et les opportunités, ainsi que les obligations de conformité, dont nous avons parlé plus haut. Ces actions doivent également être mises en œuvre dans le SME de l’organisation et les processus opérationnels associés. L’évaluation de l’efficacité de ces actions doit également être envisagée, en tenant compte des aspects technologiques, financiers et opérationnels.

6.2 Objectifs environnementaux et planification pour les atteindre

6.2.1 Objectifs environnementaux

La norme conseille d’établir des objectifs environnementaux à des niveaux et des intervalles appropriés, après avoir pris en compte les aspects environnementaux identifiés, les risques et les opportunités, ainsi que les obligations de conformité. Les caractéristiques des objectifs fixés sont également importantes :

ils doivent être cohérents avec la politique environnementale de l’organisation, mesurables dans la mesure du possible, pouvoir être contrôlés, communiqués efficacement et pouvoir être mis à jour lorsque les circonstances l’exigent. Une fois encore, il est obligatoire de conserver des informations documentées décrivant ce processus et ses résultats. Pour plus d’aide sur les objectifs environnementaux et sur la manière de les planifier et de les atteindre, veuillez consulter la rubrique Objectifs, cibles et programmes environnementaux.

6.2.2 Planification pour atteindre les objectifs environnementaux

La norme donne des conseils sur les éléments qui doivent être déterminés pour s’assurer que les objectifs peuvent être atteints. Cela peut être envisagé en termes de ce qui doit être fait, quand cela doit être fait, quelles ressources sont nécessaires pour y parvenir, qui est responsable de la réalisation des objectifs, comment les résultats doivent être mesurés et les progrès assurés, et comment ces objectifs peuvent être mis en œuvre dans les systèmes d’entreprise existants.

Comment élaborer les objectifs environnementaux ?.

7 Support

7.1 Ressources

En termes simples, la norme indique à l’organisation que les ressources nécessaires pour atteindre les objectifs fixés et faire preuve d’une amélioration continue doivent être mises à disposition.

7.2 Compétence

La compétence des employés doit répondre aux termes de la norme ISO 14001:2015 en garantissant que les personnes chargées des tâches du SME sont capables et confiantes. Dans cette optique, il va de soi que l’expérience, la formation et/ou l’éducation de l’individu doivent correspondre aux normes requises, et que toute formation nécessaire est identifiée et dispensée – avec des actions mesurables prises en externe ou en interne pour garantir l’existence de ce niveau de compétence. Comme on peut s’y attendre, ce processus et ses résultats doivent être enregistrés en tant qu’informations documentées pour le SGE.

7.3 Sensibilisation

La sensibilisation est étroitement liée à la compétence dans la norme. Les employés doivent être sensibilisés à la politique environnementale et à son contenu, à tous les impacts actuels et futurs susceptibles d’affecter leurs tâches, à la signification de leurs performances personnelles pour le SGE et ses objectifs, y compris les points positifs ou les performances améliorées, et aux conséquences de mauvaises performances pour le SGE.

7.4 Communication

7.4.1 Généralités

Les processus de communication interne et externe doivent être établis et enregistrés en tant qu’informations documentées dans le SME. Les éléments clés qui doivent être décidés, mis en œuvre et enregistrés sont ce qui doit être communiqué, comment cela doit être fait, qui doit recevoir la communication et à quelle fréquence. Il convient de noter que tous les extrants de la communication doivent être cohérents avec les informations et le contenu connexes générés par le SME, dans un souci de cohérence.

7.4.2 Communication interne

La norme indique à l’organisation que les informations doivent être communiquées à différents niveaux et à différentes fréquences, selon ce qui est jugé approprié, et qu’elle doit s’assurer que la nature et la fréquence de la communication permettent une amélioration continue du processus de communication lui-même.

7.4.3 Communication externe

Une fois encore, la norme conseille à l’organisation de s’assurer que la communication relative au SME a lieu conformément au processus établi, dans le but de garantir le respect des obligations et des objectifs de conformité. Pour des informations plus détaillées à ce sujet, veuillez vous référer à l’article Comment effectuer la communication relative au SME.

7.5 Informations documentées

7.5.1 Généralités

« Les informations documentées », que vous aurez vu mentionnées à plusieurs reprises au cours de ce guide, marquent un autre changement mis en œuvre dans la norme 2015. Ce changement vise à permettre à chaque organisation d’avoir la possibilité de façonner les informations documentées selon ses propres exigences en général, à l’exception des éléments obligatoires mentionnés spécifiquement dans la norme et, par conséquent, dans ce guide.

La norme ISO 14001:2015 nous indique que le SME doit inclure toutes les informations documentées qu’elle déclare obligatoires, ainsi que tout ce qui est considéré comme critique pour le SME et son fonctionnement. Il convient également de noter que la quantité d’informations documentées dont une entreprise a besoin varie en fonction de sa taille, de son secteur d’activité et de la complexité des obligations de conformité auxquelles elle est confrontée.

7.5.2 Création et mise à jour

La norme indique que la documentation créée par le SME doit être disponible et adaptée à l’endroit et au moment où elle est nécessaire, raisonnablement protégée contre les dommages ou la perte d’intégrité et d’identité, et que les processus de distribution, de conservation, d’accès, de récupération, de préservation et de stockage, de contrôle et d’élimination doivent être prévus de manière adéquate. Il convient de noter que les informations documentées provenant de sources externes doivent être contrôlées et traitées de manière similaire, et que les niveaux d’accès pour la visualisation et l’édition doivent être soigneusement étudiés et contrôlés.

7.5.3 Contrôle des informations documentées

La norme indique que la documentation créée par le SME doit être disponible et adaptée à l’endroit et au moment où elle est nécessaire, qu’elle est raisonnablement protégée contre les dommages ou la perte d’intégrité et d’identité, et que les processus de distribution, de conservation, d’accès, de récupération, de préservation et de stockage, de contrôle et d’élimination sont prévus de manière adéquate.

Il convient de noter que les informations documentées provenant de sources externes doivent être contrôlées et traitées de manière similaire, et que les niveaux d’accès pour la consultation et l’édition doivent être soigneusement étudiés et contrôlés.

Pour en savoir plus sur ce sujet, veuillez consulter l’article concernant la liste des documents obligatoires requis par la norme ISO 14001:2015 : Comment mettre en place la norme ISO 14001 ?.

8. Opération

8.1 Contrôle et planification des opérations

Bien que la norme reconnaisse que le contrôle opérationnel dépendra grandement de la taille, de la nature, des obligations de conformité et des aspects environnementaux d’une organisation, la portée est donnée à l’organisation individuelle pour planifier et s’assurer que les résultats souhaités sont atteints. Les méthodes suggérées par la norme sont les suivantes : les processus doivent être conçus de manière à garantir la cohérence et à éliminer les erreurs, la technologie est utilisée pour améliorer le contrôle, et il est garanti que le personnel est formé et compétent.

Les processus doivent être exécutés d’une manière convenue et prescrite ; ces processus doivent être mesurables, et les informations documentées doivent correspondre aux exigences pour garantir le contrôle opérationnel.

Les processus externalisés doivent également être pris en compte et contrôlés. Des mesures appropriées doivent être prises pour définir et contrôler la compétence des fournisseurs de services externalisés, y compris la prise en compte de leurs ressources, de leurs connaissances, de leurs compétences et de leur capacité à atteindre les objectifs. Il faut prendre en considération le degré de partage du contrôle du processus entre l’organisation et le fournisseur externalisé, ainsi que la manière dont le contrôle peut être effectué par le biais d’éléments établis tels que le processus d’achat existant.

Comme toujours, les opportunités d’amélioration doivent toujours être considérées et identifiées.
La norme reconnaît également que le degré de contrôle de l’organisme sur un produit ou un service externalisé peut varier d’absolu, s’il a lieu sur place, à très faible, si l’activité a lieu à distance.

Cependant, il est suggéré que certains facteurs doivent néanmoins être pris en compte. Comme prévu, les obligations de conformité doivent être prises en compte et contrôlées, tous les impacts environnementaux directs et associés doivent être évalués et contrôlés, et les risques et opportunités associés à la fourniture du service lui-même.

Pour plus d’informations sur ce sujet, veuillez consulter l’article Exigences de la norme ISO 14001 Chapitre 8 et 9.

8.2 Préparation et contrôle des urgences

La préparation et le contrôle des situations d’urgence sont un élément clé de l’atténuation des risques environnementaux. La norme nous informe qu’il est de la responsabilité de l’organisation d’être préparée, et qu’un certain nombre d’éléments doivent être pris en compte et planifiés. Des actions visant à atténuer les incidents doivent être développées, ainsi que des méthodes de communication interne et externe et des méthodes appropriées pour les interventions d’urgence. Il faut prendre en compte les différents types d’incidents environnementaux, ainsi que l’analyse des causes profondes et les procédures d’action corrective pour répondre aux incidents après qu’ils se soient produits.

Des tests réguliers d’intervention d’urgence et une formation pertinente doivent être envisagés et entrepris, et des itinéraires de rassemblement et des procédures d’évacuation doivent être définis et communiqués. Des listes du personnel clé et des organismes d’urgence (pensez aux organismes de nettoyage, aux services d’urgence locaux, au bureau ou à l’organisme environnemental local) doivent être établies et mises à disposition, et il est souvent bon de former des partenariats avec des organisations voisines similaires avec lesquelles vous pouvez partager des services mutuels et fournir de l’aide en cas d’incident environnemental.

9. Évaluation des performances

9.1 Suivi, mesure, analyse et évaluation

9.1.1 Général

L’organisation doit non seulement mesurer les progrès environnementaux, mais aussi prendre en compte ses aspects significatifs, ses obligations de conformité et ses contrôles opérationnels lorsqu’elle aborde cette clause. Les méthodes établies doivent tenir compte des considérations suivantes : les périodes de surveillance et de mesure sont alignées sur les besoins du SME en matière de données et de résultats, les résultats sont précis, cohérents et reproductibles, et les résultats sont cohérents et peuvent être utilisés pour identifier les tendances. Il convient également de noter que les résultats doivent être communiqués au personnel ayant l’autorité et la responsabilité d’engager des actions sur la base des résultats eux-mêmes.

Pour plus de détails sur ce sujet, veuillez consulter l’article Les performances environnementales.

9.1.2 Exigences en matière d’Évaluation de la conformité

La norme reconnaît que les exigences en matière d’évaluation varieront d’une organisation à l’autre en fonction de facteurs tels que la taille, les obligations de conformité, le secteur d’activité, les antécédents et les performances, etc. mais elle suggère qu’une évaluation régulière est toujours nécessaire. Si le résultat d’une évaluation de la conformité révèle qu’une obligation légale n’est pas respectée, l’organisation doit évaluer les mesures à prendre, éventuellement jusqu’à contacter un organisme de réglementation et convenir d’un plan d’action pour la réparation. Grâce à cet accord, cette obligation deviendra une exigence légale.

Lorsqu’une non-conformité est identifiée par le SME et corrigée, elle ne devient pas automatiquement une non-conformité.

Pour une aide plus pratique concernant l’évaluation de la conformité, consultez ce modèle de fiche d’évaluation de la conformité.

9.2 Audit interne

9.2.1 Général

Les audits internes et les auditeurs doivent être indépendants et n’avoir aucun conflit d’intérêt par rapport à l’objet de l’audit, nous rappelle la norme, et il convient de noter que les non-conformités doivent faire l’objet d’actions correctives. Lors de l’examen des résultats des audits précédents, il convient de prendre en compte les résultats des audits internes et externes précédents ainsi que les éventuelles non-conformités antérieures et les actions qui en découlent pour les réparer.

9.2.2 Programme d’audit interne

La norme 14001:2015 nous renvoie à la norme ISO 19011:2011 pour le programme d’audit interne,mais lorsque vous établissez votre programme, il existe plusieurs règles auxquelles vous pouvez souscrire afin de garantir l’efficacité de votre programme. Basez la fréquence de vos audits internes sur ce qui est raisonnable pour votre organisation en termes de taille, de secteur dans lequel vous opérez, d’obligations de conformité et de risque pour l’environnement lié à vos activités.

Décidez de ce qui est raisonnable pour vous, qu’il s’agisse d’une fréquence semestrielle, trimestrielle ou toute autre fréquence que vous jugez appropriée. Gardez à l’esprit que ce calendrier peut être modifié, de préférence par le biais d’une revue de direction et des conseils de la direction en cas de changements nécessitant une activité d’audit interne supplémentaire.

9.3 Examen de la gestion

Il convient de noter que, contrairement à la croyance populaire, l’examen de la gestion ne doit pas nécessairement être effectué en une seule fois ; il peut s’agir d’une série de réunions de haut niveau ou de réunions du conseil d’administration, les sujets étant abordés individuellement, bien qu’il doive être de niveau stratégique et de haut niveau. Les plaintes des parties intéressées doivent être examinées par la direction et les possibilités d’amélioration qui en découlent doivent être identifiées. Il ne fau tpas oublier que la revue de direction est généralement la seule fonction qui doit être exécutée avec précision et diligence pour que la fonction du SME et tous les éléments qui en découlent puissent suivre.

Il va sans dire que tous les détails et toutes les données de la revue de direction doivent être documenté set enregistrés afin que le SME puisse respecter les exigences spécifiques et l’orientation stratégique générale de l’organisation qui y sont détaillées.

10 Amélioration

10.1 Général

Les résultats des revues de direction, des audits internes et de l’évaluation de la conformité et des performances doivent tous être utilisés pour former la base des actions d’amélioration. Les exemples d’amélioration peuvent inclure des actions correctives, des réorganisations, des innovations et des programmes d’amélioration continue.Pour plus de détails sur ce sujet, veuillez consulter l’article Comment réaliser l’amélioration continue de votre SME selon la norme ISO 14001:2015.

10.2 Non-conformité et action corrective

La prévention des incidents est une facette essentielle du SME, et elle est spécifiquement abordée dans la définition du contexte organisationnel (4.1) et l’évaluation des risques et des opportunités(6.1).

Pour plus d’information : Obligations de conformité à ISO 14001:2015 Et évaluation

Laisser un commentaire

laghouati

Laghouati Mohame El Amine Ingénieur d'état