• Auteur/autrice de la publication :
  • Post published:décembre 20, 2021
  • Post category:la norme iso 22000
  • Post comments:0 commentaire
  • Post last modified:février 7, 2022
  • Temps de lecture :28 min de lecture
Notez cette article

C’est quoi la norme ISO 22000 – Définition ?

La norme ISO 22000 est une norme de système de management de la sécurité des denrées alimentaires (SMSDA). Elle a été créée pour face à une demande de plus en plus importante des clients de démontrer l’aptitude des organisations de la chaîne alimentaire à identifier et maîtriser les dangers liés à la sécurité des aliments. Seule norme reconnue au niveau international, l’ISO 22000 est le fruit du consensus de 45 pays et de différentes catégories d’acteurs, privés et publics. ?

Qu’est-ce que la sécurité sanitaire des aliments ?

Dans le sens commun, le professionnalisme est associé étroitement à l’organisation. Être professionnel, c’est par définition être bien organisé. Les normes de management type ISO participent à structurer et donc à organiser l’entreprise. Mais dans le sujet qui nous intéresse, l’organisation doit être centrée sur l’objectif d’hygiène et de sécurité sanitaire visant la mise sur le marché de produits sûrs, protégeant la santé du consommateur

Dans le sens commun, le professionnalisme est associé étroitement à l’organisation. Être professionnel, c’est par définition être bien organisé. Les normes de management type ISO participent à structurer et donc à organiser l’entreprise. Mais dans le sujet qui nous intéresse, l’organisation doit être centrée sur l’objectif d’hygiène et de sécurité sanitaire visant la mise sur le marché de produits sûrs, protégeant la santé du consommateur :

  1. les bonnes pratiques d’hygiène comme pré-requis ; –
  2. les 7 principes de l’HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) et en particulier l’analyse des dangers ; –
  3. la traçabilité et la gestion des non-conformités.

Il ne permet pas de centrer l’organisation sur des objectifs de maîtrise des risques sanitaires.

Par ailleurs, les outils de maîtrise ne sont pas également portés et supportés par toutes les catégories hiérarchiques et professionnelles. Les outils sont souvent impulsés par les qualiticiens (internes ou externes à l’entreprise) avec approbation des opérationnels directs mais peuvent rencontrer des réticences avec d’autres personnels (maintenance, encadrement…). Il peut alors y avoir coexistence d’objectifs contradictoires.

La priorité peut être donnée aux objectifs de production et de quantités et non à ceux relatifs à l’hygiène et la sécurité sanitaire, d’autant plus lorsque le mode de production est en flux tendu.

L’ISO 22000, norme de management de la sécurité sanitaire des aliments est alors un outil intéressant à utiliser car centré sur la gestion de la sécurité sanitaire. L’HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) et en particulier l’étape de l’analyse des dangers y sont les moteurs, inclus dans un système d’amélioration continue. Les bonnes pratiques d’hygiène y constituent le socle.

Applicable depuis peu (2005), la norme permet de structurer en profondeur l’ensemble de l’organisation, visant un objectif collectivement partagé : maîtriser les risques sanitaires pour garantir des produits sûrs. La norme implique l’ensemble des catégories de personnels. Le système d’organisation ISO 22000 permet à chacun d’adopter une attitude « pro et propre ».

À qui s’adresse l’ISO 22000 ?

La norme ISO 22000 s’adresse à l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire – de la «fourche à la fourchette» -, quelle que soit leur taille ou leur implantation dans le monde. Cela comprend les producteurs d’aliments pour animaux, les producteurs agricoles, les fabricants de produits alimentaires (les transformateurs), les opérateurs et sous-traitants chargés du transport et de l’entreposage et de la distribution, et les magasins de détail et de services alimentaires. Les organismes étroitement liés au secteur sont également concernés, tels que les fabricants d’équipements, de matériaux d’emballage, de produits de nettoyage, d’additifs et d’ingrédients et les prestataires de service intervenant dans la chaîne alimentaire

Quels sont les avantages de l’ISO 22000 ?

Mettre en place un système de management de la sécurité des aliments selon l’ISO 22000, c’est faire la démonstration des moyens mis en œuvre par une organisation afin d’assurer la sécurité des aliments ; c’est également apporter la confiance à ses fournisseurs, ses clients et les parties intéressées de la chaîne alimentaire.

L’ISO 22000 permet d’identifier les dangers potentiels pouvant survenir en amont comme en aval de cette chaîne et de définir avec eux une procédure de communication de crise conjointe à déclencher si un problème survient. L’ISO 22000 facilite aussi le respect des exigences réglementaires. Elle est d’ailleurs reconnue en cela par les services officiels de contrôle. La certification de la norme constitue un moyen efficace pour votre entreprise de communiquer avec les parties prenantes et les autres parties intéressées.

Relation avec les autres normes de systèmes de management

La norme iso 22000 a été élaboré conformément à la structure-cadre de l’ISO. L’objectif de cette
structure-cadre est d’améliorer la cohérence entre les normes ISO de systèmes de management. Le
présent document permet à un organisme d’utiliser l’approche processus, associée au cycle PDCA et
à une réflexion fondée sur les risques, pour aligner ou intégrer sa propre approche du SMSDA avec les
exigences d’autres systèmes de management et normes connexes.

Elle constitue le cœur et le cadre des SMSDA et définit les exigences spécifiques d’un SMSDA pour les organismes intervenant à tous les niveaux de la chaîne alimentaire. D’autres recommandations relatives à la sécurité des denrées alimentaires, spécifications et/ou exigences spécifiques à des secteurs alimentaires, peuvent être utilisées conjointement à ce cadre.

Enoutre, l’ISO a élaboré une famille de documents associés .Ceux-ci incluent des documents concernant:
— les programmes prérequis (La série des spécifications techniques ISO/TS 22002) pour des secteurs spécifiques de la chaîne alimentaire;
— les exigences pour les organismes d’audit et de certification;
— la traçabilité.

L’ISO fournit également des documents d’orientation destinés aux organismes, sur la manière de mettre en œuvre le présent document et les normes connexes. Des informations sont disponibles sur le site Web de l’ISO.

Les programmes prérequis (PRP)

Les PRP, ou bonnes pratiques d’hygiène (BPH), concernent l’ensemble des opérations destinées à garantir l’hygiène, c’est-à-dire la sécurité et la salubrité des aliments. Les PRP comportent des opérations dont les conséquences pour le produit fini ne sont pas toujours mesurables.

Le HACCP a son application limitée à la sécurité des aliments. Il repose sur le fait que les mesures de maîtrise ont des effets mesurables/observables. Les PRP (ou principes généraux d’hygiène selon le Codex) donnent des bases solides qui permettent de garantir l’hygiène des aliments et doivent être, au besoin, utilisées en conjonction avec chaque code spécifique d’usages en matière d’hygiène, ainsi qu’avec les règlements et directives régissant les critères microbiologiques. Ils s’appliquent à la chaîne alimentaire depuis la production primaire jusqu’à la consommation finale, en indiquant les contrôles d’hygiène à exercer à chaque stade.

Le ou les PRP doiventêtre:

a) adaptés à l’organisme et à son contexte en ce qui concerne la sécurité des denrées alimentaires;
b) adaptés à la taille et au type d’opération, ainsi qu’à la nature des produits fabriqués et/ou manipulés;
c) mis en œuvre à tous les niveaux du système de production, soit sous la forme de programmes d’application générale, soit sous la forme de programmes applicables à un produit ou un processus donné;
d) approuvés par l’équipe chargée de la sécurité des denrées alimentaires.

L’organisme doit gérer ses programmes prérequis : il s’agit de règles d’hygiène de base nécessaires au maintien d’un environnement adapté à l’élaboration du produit.

Quels sont les prérequis d’une démarche ISO 22000 ?

L’organisation doit avant tout s’assurer qu’elle respecte les exigences légales et réglementaires qui lui sont applicables. En Europe, elles sont regroupées au sein du Paquet Hygiène, politique unique et transparente en matière d’hygiène de l’alimentation humaine et animale. Le Paquet Hygiène incite les organismes de la chaîne alimentaire à adopter un Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS). Celui-ci comprend le respect des règles d’hygiène de base :

Définies par les programmes Prérequis (PRP) et les programmes prérequis opérationnels (PRPo)

l’analyse des dangers et des points critiques pour leur maîtrise ( Dans le cadre d’un plan HACCP) et l’identification et la traçabilité du produit avec l’élaboration d’une procédure de retrait et de rappel.

Quel rapport entre l’ISO 22000 et les autres normes de système de management ?

Une démarche ISO 22000 peut être initiée seule ou parallèlement à la mise en place d’un autre
système de management (ISO 9001 Système de management de la qualité , ISO 14001 Système de management environnemental, ISO 50001 Système de management de l’énergie…) :

Structurées de manière identique, elles opèrent selon une même dynamique d’amélioration continue. L’ISO 22000 a d’ailleurs été alignée sur l’ISO 9001, offrant ainsi une parfaite compatibilité entre
les deux référentiels.

La formule « ISO 9001 + HACCP = ISO 22000 » est-elle juste ?

Un système efficace en matière de sécurité des aliments doit être établi, exploité et mis à jour dans le cadre d’un système de management structuré et intégré aux activités générales de management de l’organisme, tel que l’ISO 9001. Appliquer la méthode HACCP dans le cadre d’un système de management de la qualité ne couvre cependant pas toutes les exigences de l’ISO 22000. L’addition de l’ISO 9001 et de l’HACCP n’est donc pas égale à l’ISO 22000 mais permet de préparer efficacement sa mise en place dans l’organisation.

Quelles sont les principales 8 exigences de l’ISO 22000 ?

Afin que ses produits ne causent aucun dommage au consommateur, l’ISO 22000 oblige l’organisme à garantir l’identification, l’évaluation et la maîtrise des dangers raisonnablement prévisibles. La norme exige par ailleurs que les informations sur les questions de sécurité soient communiquées en externe à tous les niveaux de la chaîne alimentaire (fournisseurs, contractants, clients, autorités légales…) L’organisme doit aussi mettre en œuvre des dispositions efficaces permettant la communication avec le personnel sur ces mêmes questions. Autre exigence générale, l’organisme doit évaluer régulièrement et mettre à jour son système de management sur la sécurité des denrées alimentaires afin qu’il soit toujours pertinent.

Exigences de la norme ISO 22000 Standard

Chapitre 4 : Système de management de la sécurité des denrées alimentaires SMSDA

Compréhension de l’organisme et de son contexte L’organisme doit déterminer les enjeux externes et internes pertinents par rapport à sa finalité, et qui influent sur sa capacité à atteindre le ou les résultats attendus de son SMSDA.

L’organisme doit identifier, revoir et actualiser les informations relatives à ces enjeux externes et
internes.
NOTE 1 Les enjeux peuvent comprendre des facteurs positifs et négatifs ou des conditions, à prendre en considération.

NOTE 2 La compréhension du contexte peut être facilitée par la prise en compte des enjeux externes et internes incluant, sans s’y limiter, les aspects législatifs, technologiques, concurrentiels, commerciaux, culturels, sociaux et économiques, la cybersécurité et la fraude alimentaire, la protection des denrées alimentaires et la contamination intentionnelle, les connaissances et les performances de l’organisme, au niveau international, national, régional ou local.

Rôles, responsabilités et autorités au sein de l’organisme

Chapitre 7 support :

s’assurer que l’équipe chargée de la sécurité des denrées alimentaires a des connaissances et une expérience pluridisciplinaires en matière de développement et de mise en œuvre de SMSDA (incluant, mais sans s’y limiter, les produits fournis par l’organisme, les processus, les équipements et les dangers liés à la sécurité des denrées alimentaires dans le cadre du périmètre d’application du SMSDA);

L’équipe en charge de la sécurité sanitaire doit avoir des compétences spécifiques sur le produit, le process, les équipements et les dangers, microbiologiques par exemple.

afnor.org

Approche processus et cycle PDCA iso 22000 version 2018

L’iso 22000 adopte une approche processus lors du développement et de la mise en œuvre d’un SMSDA et de l’amélioration de son efficacité, afin de favoriser la production de produits et services sûrs tout en satisfaisant aux exigences applicables.

Comprendre et piloter les processus en interaction comme un système de management, contribue à l’efficacité et l’efficience de l’organisme pour atteindre les résultats escomptés. L’approche processus s’appuie sur une identification systématique et un management des processus, et de leurs interactions, de manière à obtenir les résultats escomptés conformément à la politique relative à la sécurité des denrées alimentaires et à l’orientation stratégique de l’organisme.

Le management des processus et du système dans son ensemble peut être réalisé en appliquant le cycle PDCA, en lui intégrant globalement une approche s’appuyant sur une réflexion fondée sur les risques visant à tirer profit des opportunités et à prévenir et limiter les résultats indésirables

Il est essentiel que le rôle et la place de l’organisme au sein de la chaîne alimentaire soient clairement identifiés, afin d’assurer une communication interactive efficace à tous les niveaux de la chaîne alimentaire.

Le cycle PDCA peut être décrit succinctement comme suit:

  • Planifier: établir les objectifs du système et ses processus, fournir les ressources nécessaires pour obtenir les résultats, et identifier et traiter les risques et opportunités.
  • Réaliser: mettre en œuvre ce qui a été planifié.
  • Vérifier: surveiller et (le cas échéant) mesurer les processus et les produits et services qui en résultent, analyser et évaluer les informations et les données issues des activités de surveillance, de mesure et de vérification, et rendre compte des résultats.
  • Agir: entreprendre les actions pour améliorer les performances, en tant que besoin.
Figure 1 Le cycle de Deming PDCA
Figure 1 Le cycle de Deming PDCA

Comment mettre en place la norme iso 22000 ?

Mettre en place l’ISO 22000 passe généralement par 8 étapes successives :

  • Définir son contexte et ses orientations ;
  • Planifier son système de management : apporter des réponses aux questions qui, quoi, où, quand, comment ;
  • Construire une base solide grâce aux bonnes pratiques d’hygiène ;
  • Réaliser son étude HACCP ;
  • Mettre en œuvre son système de management ;
  • Prévoir et gérer des situations de crise ;
  • Vérifier l’efficacité de son système de management ;
  • Améliorer en continu son système de management.

Résumé de la démarche sue 6 étapes clés :

L’étape 1 consiste à identifier et définir les processus, les interactions, les pilotes, les responsabilités et les brouillons de certaines informations documentées. Avec la participation du maximum de personnes disponibles sont rédigés les premières versions des descriptions de fonction, des procédures, des instructions de travail, des fiches pour les enregistrements. Les bases de la communication en interne et externe sont établies.

Dans l’étape 2 sont sélectionnés des programmes prérequis comme principes et bonnes pratiques de fabrication et d’hygiène liés aux dangers (biologiques, chimiques, physiques).

L’étape 3 permet d’identifier les enjeux et de fixer les objectifs issus de la politique de sécurité des denrées alimentaires. Les mesures de maîtrise sont identifiées et classées. Une formation des auditeurs internes est prise en compte.

Une maîtrise des dangers est faite à l’étape 4. Les programmes prérequis opérationnels (PRPo) sont établis et le plan HACCP est introduit. Un système de traçabilité est proposé. Des audits internes permettent d’évaluer le degré de la mise en place du système.

Pour effectuer l’audit à blanc du SMSDA (étape 5) les informations documentées tels procédures et bonnes pratiques sont vérifiées et approuvées par les personnes appropriées. Une revue de direction permet d’évaluer le respect des exigences applicables. La politique de sécurité des denrées alimentaires et les objectifs sont finalisés.

Un responsable sécurité d’une autre entreprise ou un consultant pourra fournir de précieuses remarques, suggestions et recommandations. Les écarts sont corrigés. Quand le système est correctement mis en place et respecté, la certification du SMSDA par un organisme externe devient une formalité (étape 6).

Une méthode pertinente pour évaluer le niveau de performance de votre système de management de la sécurité des denrées alimentaires est la logique RADAR du modèle d’excellence de l’EFQM (European Foundation for Quality Management) avec ses 9 critères et sa note globale sur 1000 points. Le cycle de Deming (figure 1) s’applique à la maîtrise de tout processus. Les cycles PDCA (de l’anglais Plan, Do, Check, Act ou Planifier, Dérouler, Comparer, Agir) sont une base universelle de l’amélioration continue.

iso 22000 Figure 1 — Illustration du cycle PDCA aux deux niveaux
Figure 2 — Illustration du cycle PDCA aux deux niveaux
  • Plan – Planifier, définir le contexte de l’entreprise, définir et établir la politique, les objectifs, les ressources, la documentation, planifier les actions face aux risques, faire preuve de leadership (ISO 22000, articles 4, 5, 6 et 7) ·
  • Do – Dérouler, mettre en place la maîtrise opérationnelle, les programmes prérequis, la traçabilité, la préparation aux situations d’urgence, la maîtrise des dangers, l’inspection, la maîtrise des non-conformités, faire preuve de leadership (ISO 22000, article 8) ·
  • Check – Comparer, inspecter, analyser et évaluer, auditer les processus et le plan HACCP, réaliser la revue de direction, faire preuve de leadership (ISO 22000, article 9) ·
  • Act – Agir, ajuster, adapter, améliorer, actualiser le SMSDA, réagir avec des actions correctives, trouver de nouvelles améliorations (nouveau PDCA), faire preuve de leadership (ISO 22000, article 10)

La certification du système de sécurité alimentaire FSSC 22000

La certification du système de sécurité alimentaire FSSC 22000 est basée sur l’ISO 22000, les normes techniques ISO pour les programmes préalables et d’autres exigences supplémentaires de la FSSC. Alors que l’ISO 22000 s’applique à un large éventail d’organisations, la FSSC 22000 a une portée plus limitée. La Global Food Safety Initiative (GFSI) reconnaît la FSSC 22000 mais pas l’ISO 22000. Le Food Business Forum CIES, un réseau mondial de détaillants et de fabricants de produits alimentaires, coordonne la GFSI. Les champs d’application actuels de la GFSI comprennent la production de produits (bio)chimiques, la fabrication de produits alimentaires, la production d’aliments pour animaux, le transport et le stockage et la fabrication de matériaux d’emballage alimentaire.

Étapes pour devenir certifié iso 22000

Il n’est pas nécessaire d’être certifié ISO 22000 pour utiliser ses principes, mais la certification offre de nombreux avantages, notamment la possibilité de démontrer à des tiers votre conformité à la norme.

Après avoir mis en œuvre votre SMSDA, vous pouvez demander la certification. Pour obtenir cette certification, vous travaillerez avec un organisme de certification accrédité. L’organisme de certification effectuera les audits nécessaires pour vérifier la conformité et délivrera la certification si votre organisation satisfait à toutes les exigences.

Les principales étapes du processus de certification iso 22000 version 2018 sont les suivantes

1 – Demande de certification

La première étape consiste à demander la certification en soumettant un formulaire de demande de devis. Par le biais de ce formulaire, vous nous fournirez des informations sur votre organisation. Une fois que vous aurez soumis le formulaire, nous vous fournirons un devis pour la certification.

2 – Évaluation

L’étape suivante consiste à effectuer plusieurs séries d’audits pour confirmer la conformité de votre organisation à la norme. Avant de programmer le premier audit, vous devez démontrer que votre SMSDA fonctionne pleinement depuis au moins trois mois et effectuer un cycle complet d’audits internes du SMSDA.

L’audit initial de certification comprend deux étapes. La première vise à montrer que votre organisation est prête pour un audit complet. Au cours de la visite de votre installation pour la première étape de l’audit, l’auditeur va :

  1. vérifiera que le SMSDA répond aux exigences de la norme ISO 22000
  2. vérifiera l’état d’avancement de la mise en œuvre du SMSDA
  3. confirmera la portée de la certification
  4. confirmera la conformité aux exigences légales et réglementaires
  5. émettre un rapport qui identifie les problèmes ou les possibilités d’amélioration et convient avec l’organisation d’un plan d’action correctif, si nécessaire
  6. Développer un plan d’évaluation et confirmer avec l’organisation la date de la prochaine visite.
  7. La deuxième étape de l’audit initial vise à vérifier que le SMSDA est entièrement conforme à toutes les exigences de la norme ISO 22000. Au cours de la deuxième visite, l’auditeur
  8. Effectuer des audits par échantillonnage de tous les processus et activités pertinents.
  9. Documenter si le système est conforme aux normes
  10. visitera tout site éloigné pour évaluer la performance du SMSDA hors site.

Si l’évaluateur découvre des cas de non-conformité ou des possibilités d’amélioration, il les signalera à l’organisation. Si le vérificateur découvre une non-conformité majeure, l’organisation doit corriger les problèmes avant de pouvoir recevoir la certification. Si l’organisation ne corrige pas les problèmes majeurs dans les 14 jours suivant l’audit, elle doit subir un autre audit de niveau 2.

3 – Certification

Si l’auditeur détermine que le SMSF est conforme aux exigences de la norme ISO 22000, l’organisme certificateur délivrera la certification. Pour conserver cette certification, l’organisation doit se soumettre à des audits de surveillance annuels. Les audits de surveillance annuels permettent de s’assurer que l’organisation reste conforme et améliore continuellement son SMSDA, comme l’exige la norme ISO 22000.

Après trois ans, l’organisation doit se soumettre à un audit complet pour être recertifiée. Si l’organisation change au cours de ces trois ans, par exemple en s’agrandissant, en déménageant ou en pénétrant de nouveaux marchés, elle peut adapter son SMSDA en conséquence et conserver sa certification, à condition qu’elle respecte toujours toutes les exigences de la norme.

Si une organisation est certifiée ISO 22000:2005, elle doit adapter son SMSDA pour se conformer à la dernière version de la norme. Elle peut faire passer sa certification à la norme ISO 22000:2018 lors d’un audit de surveillance, d’un audit de recertification ou d’une visite d’audit ponctuelle.

Les raisons d’engagement des entreprises dans une démarche ISO 22000 version 2018 ?

Beaucoup d’entre elles s’y engagent parce qu’elles exportent et veulent adopter un langage commun qui facilite les échanges ; d’autres, parce qu’elles souhaitent consolider, valider et faire reconnaître, par un organisme tiers, leur techniques d’analyse et de maîtrise des dangers. D’autres, enfin, visent à compléter leur dispositif ISO 9001, ISO 14001, HACCP, avec la mise en place d’un système intégré. Dans tous les cas, toutes reconnaissent l’intérêt de la dimension managériale de la norme en faisant évoluer leur méthode HACCP existante figée vers un système dynamique adapté, qui implique fortement le personnel et qui s’améliore en permanence.

« Nous étions déjà certifiés ISO 9001, mais nous savions que notre système HACCP en place devait être revu, optimisé et rentrer dans une dynamique d’amélioration continue. Sous l’impulsion forte de la direction, la démarche nous a permis d’impliquer plus fortement le personnel de production et de fédérer tous les services et équipes. Aujourd’hui, notre certification ISO 22000 démontre notre efficacité en matière de maîtrise de la sécurité alimentaire, donne confiance à notre clientèle sur le marché local et nous permettra de développer le marché à l’export. »

Goodman Fielder Nouvelle-Calédonie, 1ère entreprise du Pacifique Sud certifiée ISO 22000 en décembre 2006 par
Bureau Veritas Certification, témoigne

Télécharger De l’HACCP à l’ISO 22000 PDF Edition Afnor

Introduction du livre :

De l’HACCP à l’ISO 22000, Olivier Boutou décline les différents concepts en une suite logique et didactique, privilégiant les aspects pratiques. Les professionnels, confrontés à l’obligation de mise en place des Plans de maîtrise sanitaire (PMS), trouveront ici un guide efficace susceptible de leur permettre de s’approprier la maîtrise de la sécurité sanitaire.

La première édition de cet ouvrage fut un succès. Nul doute que la seconde suivra le même chemin. Souhaitons-lui la plus large diffusion possible !

Cliquez ici

Laisser un commentaire

laghouati

Laghouati Mohame El Amine Ingénieur d'état