• Auteur/autrice de la publication :
  • Post published:septembre 19, 2021
  • Post category:la norme iso 22000
  • Post comments:0 commentaire
  • Post last modified:septembre 15, 2022
  • Temps de lecture :19 min de lecture
Notez cette article

13 étapes de la mise en œuvre du FSMS – SMSDA

13 étapes de la mise en œuvre du FSMS - SMSDA
  1. Décision de la direction générale de mettre en place le FSMS et le cas échéant, choisir la certification est visée
  2. Former le personnel clé aux exigences de la norme applicable
  3. Désigner l’équipe de base / l’équipe de sécurité alimentaire (Food Safety Team : FST)
  4. Effectuer une analyse des lacunes en fonction des exigences de la norme, définir les ressources
  5. Combler les lacunes des programmes préalables (prerequisite program : PRP). Appliquer la norme technique de soutien ISO/TS*.
  6. Effectuer une évaluation des risques organisationnels
  7. Effectuer une évaluation des dangers (évaluation des risques opérationnels)
  8. Documenter le système de sécurité alimentaire
  9. Former et sensibiliser à la mise en œuvre dans l’ensemble de l’organisation
  10. Mener un audit interne
  11. Entreprendre des actions correctives
  12. Procéder à un examen de la gestion et améliorer
  13. Demande de certification (optionnel)

Qu’est-ce qu’un prp en haccp ?

Les programmes prérequis (PRP) sont les bonnes pratiques de fabrication (BPF) ou les bonnes pratiques d’hygiène (BPH) auxquelles tout opérateur alimentaire de bonne réputation adhère afin de garantir que des aliments sûrs et sains sont fournis au consommateur. Les systèmes de management de la qualité (SMQ) constituent un cadre dans lequel toute activité de processus peut être gérée, y compris le système HACCP. Tout ceci doit fonctionner dans le cadre d’une forte culture de sécurité alimentaire de l’entreprise. En savoir plus : Programmes prérequis PRP HACCP et le management de la sécurité alimentaire

Étape 1: Décision de la direction générale de mettre en œuvre le FSMS

  • Comprendre le rôle de l’organisation dans la chaîne de valeur alimentaire et les facteurs qui l’influencent, par exemple les lois nationales ou étrangères, la disponibilité des matières premières, l’infrastructure nécessaire par rapport à celle qui est disponible.
  • Comprendre les besoins et les attentes de toutes les parties intéressées. Les parties intéressées sont toutes celles qui sont susceptibles d’affecter ou d’être affectées par les activités de l’entreprise, par exemple le gouvernement, les consommateurs, les clients, les employés, les fournisseurs.
  • Définir les limites des activités de l’entreprise. Cela peut inclure les produits, les processus et les sites de production.
  • Avoir une déclaration d’engagement sur la sécurité alimentaire et la communiquer aux parties prenantes concernées. Cette déclaration doit ensuite être mise en œuvre en respectant les exigences des normes.
  • Attribuer des rôles pour garantir que les exigences en matière de sécurité alimentaire sont mises en œuvre.
  • Décider si et quelle certification est visée.

Étape 2: Formation du personnel clé

Étape 2: Formation du personnel clé
  • Le personnel a besoin d’une formation appropriée en fonction du travail qui lui est confié et de son rôle au sein de l’organisation. Un personnel formé se sent responsabilisé, ce qui constitue un avantage supplémentaire pour l’entreprise
  • La formation peut inclure: Les objectifs de l’entreprise et les tâches qui y sont liées
  • La politique de l’entreprise
  • Leurs rôles et responsabilités (conséquences d’un échec)
  • Sensibilisation au FSMS et aux implications de la non-conformité aux exigences
  • Exigences des normes
  • Comment contrôler et conserver les dossiers

Étape 3: Nomination de l’équipe chargée de la sécurité alimentaire (Food Safety Team, FST)

  • Désigner une équipe de sécurité alimentaire avec un chef d’équipe. L’équipe doit être pluridisciplinaire:
  • Technicien alimentaire
  • Microbiologiste
  • Superviseurs des fonctions d’assurance qualité, d’ingénierie, de production et de maintenance, etc.
  • Si les membres de l’équipe ont besoin d’une formation supplémentaire, celle-ci doit être organisée par le chef d’équipe.
  • Vous pouvez également engager un consultant en sécurité alimentaire pour soutenir votre équipe, mais en aucun cas les responsabilités ne doivent être
    complètement transférées d’une équipe à l’autre.

Étape 4: Effectuer une analyse des écarts L’équipe de sécurité alimentaire et/ou un consultant/expert externe

  • Prépare une liste de contrôle de toutes les exigences en fonction de la norme applicable.
  • Examine ce qui existe déjà au sein de l’entreprise.
  • Détermine ce qui manque.
  • Détermine ce qui existe déjà mais qui est inadéquat, par exemple:
    • Infrastructure
    • Archives
    • Contrôles
    • Sensibilisation
    • Équipement
    • Procédures
  • Discute les lacunes avec la direction générale et prépare un plan pour les combler.

Étape 5: Combler les écarts du programme des conditions préalables

  • Les conditions préalables définissent les conditions d’hygiène nécessaires pour produire des aliments sûrs et propres à la consommation.
  • En fonction du segment de la chaîne de valeur alimentaire dans lequel l’organisation se trouve, elle doit choisir et appliquer le programme de conditions préalables approprié.
  • Il existe actuellement 6 normes ISO publiées sur les programmes de conditions préalables pour la gestion de la sécurité alimentaire (qui sont applicables à toutes les normes citées dans ce article):
  • L’entreprise peut devoir consacrer des ressources financières et du temps supplémentaires à l’amélioration si les PRP actuels sont inadéquats (par exemple, amélioration de l’agencement de l’usine, des murs, du système de ventilation, de l’éclairage, de la collecte des déchets, des installations d’hygiène du personnel, etc.)

Étape 6: Effectuer une évaluation des risques organisationnels

  • Le fait de comprendre les incertitudes permet à l’organisation de mieux les gérer.
  • Il faut se poser la question: Qu’est-ce qui pourrait empêcher l’organisation d’atteindre ses objectifs en matière de sécurité alimentaire?
  • Certaines préoccupations sont:
    • Indisponibilité des ressources
    • Manque de personnel compétent
    • Infrastructures insuffisantes
    • Pratiques commerciales déloyales, par exemple la fraude alimentaire
    • Capacité de test inadéquate
    • Approvisionnement incohérent en matières premières
    • Une forte rotation du personnel
    • Manque de motivation du personnel
    • Manque de normes
    • Manque de connaissance des exigences du marché

Étape 7: Effectuer une évaluation des risques opérationnels (analyse des dangers)

  • Effectuez d’abord une analyse détaillée des risques à chaque étape du processus.
    Cela permettra d’identifier les dangers importants.
  • Déterminez et mettez en place des mesures de contrôle pour les dangers majeurs.
  • Établir et appliquer un plan de contrôle des dangers qui contient les limites critiques, la surveillance, les corrections,
    les vérifications et les mesures correctives.
  • Des registres de toutes ces activités doivent être tenus.
    *Pour une description détaillée de l’application du système HACCP, voir notre catégorie sur le HACCP

Étape 7: Effectuer une évaluation des risques opérationnels (analyse des dangers)

Étape 7: Effectuer une évaluation des risques opérationnels (analyse des dangers)

Les risques associés aux opérations sont évalués à l’aide des principes du «Hazard Analysis of Critical Control Points (HACCP)».

Étape 8: Documentation

  • Un système adéquat de gestion des documents et des informations doit être maintenu.
  • Des normes/systèmes de certification spécifiques peuvent avoir des exigences particulières en matière de documents.
  • La documentation comprend:
    • Politique de sécurité alimentaire et objectifs connexes
    • Procédures documentées
    • Plan(s) HACCP
    • Les documents prouvant la conformité avec votre FSMS et les autres exigences de celui-ci
  • La société peut également décider:
    • Documents supplémentaires qui couvrent des procédures supplémentaires

Étape 9: Formation, sensibilisation et application

  • Tous les employés exerçant des activités ayant un impact sur la sécurité alimentaire devraient être compétents pour faire leur travail, par conséquent:
    • Fournir les procédures correctes à suivre dans l’exercice de leur travail et la manière de tenir des registres précis
    • Fournir une formation sur la surveillance
    • Sensibiliser à l’importance de leurs activités et à leur impact sur la sécurité alimentaire Des registres doivent être tenus comme preuve de l’existence
      d’un FSMS en fonctionnement.
  • Des registres de formation doivent être conservés.
  • Il est recommandé que la formation soit continue, y compris le recyclage.

Étape 10: Audit interne du FSMS Système de management de la sécurité des aliments

Un audit interne est un examen systématique du système. L’objectif est de déterminer si le FSMS est correctement appliqué et si les résultats obtenus sont conformes aux attentes.

Le processus d’audit interne détermine le bon fonctionnement de votre FSMS.

  • Certains de vos employés peuvent être formés à la réalisation d’audits internes.
  • Au cours de la première période de l’application du FSMS, les audits peuvent être effectués plus fréquemment.
  • Lorsque le système se stabilise, la fréquence de l’audit peut être ajustée en conséquence. La décision relative à la fréquence doit être définie dans un calendrier annuel qui peut ensuite être réparti entre l’équipe d’audit.

Étape 11: Mesures correctives

Les mesures correctives sont les actions prises pour rectifier et améliorer toute observation négative provenant des audits internes ou des activités de contrôle.

Une mesure corrective peut comprendre deux étapes

  1. Action immédiate pour remédier à la situation et revenir à la normale.
  2. Détermination systématique de la cause et correction de la cause première, afin que cela ne se reproduise plus.
    En cas de mesure corrective
  • Il convient de noter les actions entreprises.
  • Les personnes qui ont autorisé les corrections doivent être documentées.
  • Les résultats de la vérification après correction doivent être conservés.

Étape 12: Revue de la direction

  • La direction générale devrait, de temps en temps, revoir:
    • L’efficacité du FSMS telle qu’elle est évaluée par la surveillance, la vérification et les audits internes.
    • Changements dans l’environnement opérationnel, les lois, les exigences des clients, les risques émergents.
    • Actions pour une amélioration constante.
    • Leçons tirées des situations d’urgence ou des accidents (le cas échéant).
    • Adéquation des ressources et besoins.
    • Communication des parties internes et externes, y compris les plaintes et les demandes des clients.
    • L’état d’avancement des actions de la revue de direction précédente.
  • Des décisions devraient alors être prises pour améliorer la FSMS.
  • Les examens doivent être systématiques et périodiques et des registres doivent être tenus.

Étape 13: Demande de certification

La certification d’un FSMS est une confirmation (attestation) par un organisme de certification tiers que le système de l’entreprise répond aux exigences spécifiées et est capable de garantir la sécurité des aliments.

  • La certification selon les normes FSMS est volontaire mais souvent exigée par les importateurs européens.
  • Lorsque vous recherchez un organisme de certification, assurez-vous qu’il est accrédité au niveau international, ce qui renforce la crédibilité et la reconnaissance de la certification au niveau mondial.
  • Voici quelques exemples de certifications en matière de sécurité alimentaire : ISO 22000, FSSC 22000, BRC Global standard, IFS entre autres (voir les diapositives suivantes pour une vue d’ensemble)

Pourquoi utiliser la norme iso 22000:2018

Ce document précise les exigences relatives à un FSMS en général. Un FSMS intègre les principes du HACCP, des PRP et des exigences du système de gestion. Si votre entreprise souhaite recevoir un certificat de conformité à la norme, il est obligatoire de suivre les exigences de la norme ISO 22000.

La certification selon ISO 22000 peut être effectuée par tout organisme de certification accrédité ayant le champ d’application d’un FSMS.
En savoir plus sur: https://www.iso.org/fr/iso-22000-foodsafety-management.html ou sur notre article : Bien exploiter les changements dans la norme ISO 22000 version 2018 ? Exigences et PDF

Iso 22000 c’est quoi ?

ISO 22000 est une norme publiée par l’Organisation internationale de normalisation (ISO). La norme fournit un cadre pour gérer efficacement les responsabilités des entreprises dans la chaîne de valeur alimentaire afin de garantir aux clients et aux consommateurs des aliments sûrs.

En savoir plus sur: la norme ISO 22000 version 2018 ? Exigences et PDF

FSSC 22000

  • La FSSC 22000 a été développée pour faciliter une plus large acceptation de la norme ISO 22000 et sa reconnaissance par la Global Food Safety Initiative (GFSI).
  • La FSSC 22000 est détenue par une entité juridique de droit néerlandais, appelée la Fondation FSSC 22000. La formation et la certification au FSSC 22000 ne peuvent être effectuées que par des institutions reconnues de la fondation.
  • La FSSC comprend 3 éléments obligatoires:
  1. L’ISO 22000 fournit un cadre commun à l’ensemble de la chaîne logistique pour gérer les exigences en matière de sécurité alimentaire
  2. Programmes de prérequis spécifiques à un secteur
  3. Le FSSC 22000 ajoute des exigences spécifiques pour assurer la cohérence, l’intégrité et assurer la gouvernance et la gestion du régime

FSSC 22000 exigences supplémentaires

  • Gestion des services
  • Étiquetage des produits alimentaires
  • Protection des aliments
  • Réduction de la fraude alimentaire
  • Utilisation de logo
  • La gestion des allergènes*.
  • Surveillance de l’environnement*.
  • Formulation des produits*.
  • Transport et livraison*
    Pour en savoir plus sur la Fondation FSSC 22000 (anglais): https://www.fssc22000.com/scheme/
  • Dépend du niveau de la chaîne de production

Comment être certifié iso 22000 ? Étapes du processus de certification

Une fois que toutes les exigences du FSMS sont correctement mises en œuvre, vous pouvez demander la certification.

  1. Sélectionnez un organisme de certification
  2. Partager les informations requises et remplir le formulaire de candidature
  3. Négocier et signer le contrat de certification
  4. Payer les frais de certification
  5. Préparer la documentation requise et sélectionner le personnel disponible pour l’audit
  6. Processus d’audit en deux étapes
    L’étape 1 consiste à vérifier que le système de la société a été conçu et développé et qu’il est prêt à passer à l’étape 2 de l’audit.
    L’étape 2 vérifie la réalisation du système de gestion de la sécurité alimentaire.
  7. Entreprendre toute action corrective ou la planifier
  8. Approbation des corrections ou du plan d’action corrective
  9. Délivrance du certificat
  10. Audits de surveillance selon le contrat de certification au moins 1 par an.
  11. L’audit de re-certification doit être effectué avant l’expiration du certificat

Article connexe : ISO 22000 Résumé Pdf

Laisser un commentaire

laghouati

Laghouati Mohame El Amine Ingénieur d'état