Notez cette article

L’employeur est responsable de la sécurité en entreprise et de la santé de ses salariés dans toutes les circonstances de leur vie professionnelle, y compris en dehors de l’entreprise, à condition qu’elle en ait pris l’initiative.

Définition de la santé et la sécurité au travail (SST) ?

La santé et la sécurité au travail (SST) est une branche de la santé publique qui vise à améliorer les normes de santé et de sécurité en entreprise. Elle étudie les tendances en matière de blessures et de maladies au sein de la population des travailleurs et propose des suggestions pour atténuer les risques et les dangers qu’ils rencontrent au travail.

Chaque profession comporte des risques pour la santé ou la sécurité, et il incombe à chaque employeur de veiller à ce que ses employés puissent effectuer leur travail de la manière la plus sûre possible.

Qu’est-ce que la sécurité en entreprise ?

Pour s’assurer que la main-d’œuvre est protégée et que les travailleurs rentrent chez eux en toute sécurité chaque jour, tous les employés doivent jouer un rôle actif dans le maintien du programme de sécurité au travail d’une organisation. Si cette pandémie nous a appris quelque chose, c’est que la sécurité en entreprise est de la plus haute importance et qu’elle mérite d’être prise en compte.

Un programme de sécurité en entreprise consiste en l’ensemble des processus, protocoles et directives mis en place pour contribuer à atténuer les risques sur le site et à réduire les taux de blessures et de maladies. Tous les employés doivent s’investir pleinement et s’engager à suivre ces conseils de sécurité au travail pour contribuer à créer un environnement de travail plus sûr. Lorsque la main-d’œuvre fait preuve d’un engagement envers la sécurité, les différents risques et dangers sur le site peuvent être rapidement identifiés et des actions correctives peuvent être mises en place.

Avantages de la sécurité en entreprise

Lorsque la main-d’œuvre est vraiment dévouée et se mobilise pour créer un environnement de travail sûr, elle contribue à réduire le nombre de blessures et de maladies sur le lieu de travail, ce qui offre une multitude d’avantages.

Voyons cela de plus près :

Augmentation de l’efficacité et de la productivité avec moins de taux de jours d’absence, de restrictions ou de transferts (DART) et de taux d’accidents avec arrêt de travail (LTI).

Réduction des coûts liés aux accidents et aux maladies et des demandes d’indemnisation avec moins de travailleurs blessés au travail.

Amélioration du moral des employés et diminution de la rotation du personnel grâce à un plus grand nombre de travailleurs qui reconnaissent que leur sécurité et leur bien-être sont une priorité pour l’entreprise.

Une culture de la sécurité plus forte et plus résiliente, chacun étant dévoué et investi dans la protection des membres de l’équipe et de lui-même.

Un meilleur bilan de sécurité avec moins de blessures et de maladies sur le site et plus de travailleurs protégés au quotidien.

Un environnement de travail plus sûr est une situation gagnant-gagnant pour toutes les personnes concernées. Faites en sorte de donner la priorité à l’éducation des membres de l’équipe sur les conseils de sécurité clés qu’ils peuvent utiliser au quotidien.

Les risques professionnels et la prévention en entreprise

Tout risque ayant pour origine l’activité professionnelle, c’est-à-dire le travail rémunéré, indispensable pour vivre de nos jours. Tout phénomène, tout événement qui apparait en milieu de travail et qui présente un danger pour l’homme est appelé risque professionnel.

sécurité en entreprise
Schéma illustrant la notion de danger et de risque.
(Source : INRS.)
  1. Prévention : « La politique de prévention a pour but d’améliorer l’état de santé de la population en évitent l’apparition, le développement ou l’aggravation des maladies ou accidents et en favorisant les comportements individuels et collectifs pouvant contribuer à réduire le risque de maladie et d’accident. »
  2. La santé : Est une notion de nature polysémique et évolutive, c’est à la fois l’absence de maladie, un état biologique souhaitable un état complet de bien-être physique, mental et social, et la capacité d’une personne à gérer sa vie et son environnement c’est-à-dire à mobiliser les ressources personnelles et sociale en vue de répondre aux nécessite de la vie. La santé au travail est le résultat de l’influence de l’environnement professionnel sur un individu.
  3. La sécurité : La sécurité fait souvent référence à des notions telles que le risque, le danger, la prévention mais aussi la responsabilité et l’assurance.
  4. Sécurité au travail : La sécurité au travail est de l’ordre de la protection et la prévention des accidents et des maladies dans le milieu professionnel.
  5. Danger : On appelle danger ou phénomène dangereux, la propriété ou capacité intrinsèque par laquelle une chose (par exemple : matière, matérielle méthodes et pratique de travail) est susceptible de causer un danger (une besoin ou une atteinte à la santé), le danger est l’instrument de risque.
  6. Accident de travail : « Est considéré comme accident du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail à tout personne salariée ou travaillant, à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou chefs d’entreprise. »
  7. Maladie professionnelle : Une maladie dit professionnelle lorsqu’elle est la conséquence directe de l’exposition d’un travailleur à un risque physique, chimique, biologique, ou qui résulte des conditions dans lesquelles il exerce son activité professionnelle. Maladie professionnelle est celle qui a pour origine des facteurs pathogène liés au travail.
  8. Prévention des risques professionnels : La prévention des risques est l’ensemble des actions anticipées destinées à maitriser les risques d’accident de travail ou d’une maladie professionnelles et à améliorer les conditions de travail par des solutions techniques organisationnelles et humaines.
  9. L’évaluation des risques : L’évaluation des risques est une démarche collective à laquelle il est primordial d’associer les salariés, qui sont ceux qui connaissent le mieux les situations de travail. Elle signifie l’identification des dangers et des facteurs de risque, sans tenir compte de leur probabilité ou de leur gravité. L’évaluation des risques c’est l’étude systématique de tous les aspects du travail susceptible de causer des dommages corporels, des moyens d’élimination de danger et à défaut, des mesures de prévention ou de protection prise ou à prendre pour maitriser ces risques.
  10. Hygiène au travail : L’hygiène au travail est la discipline qui s’occupe de l’environnement professionnel de manière à ce qu’il soit optimum pour la santé et le bien-être des travailleurs. Elle s’intègre dans le vaste domaine de la santé au travail en complément de la médecine du travail, de l’ergonomie et de la sécurité.

Quels sont les principes généraux de la prévention en matière de santé et sécurité au travail ?

La démarche de prévention des risques mise en place par l’employeur s’appuie sur 9 principes généraux incontournables développé dans l’article : Les 9 principes de la prévention des risques professionnels

Références Principes de prévention : L.4121-2 CT www.anact.fr www.inrs.fr

Article L4121-1 du Code du travail

L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.

Ces mesures comprennent :

1° Des actions de prévention des risques professionnels, y compris ceux mentionnés à l’article L. 4161-1 ;

2° Des actions d’information et de formation ;

3° La mise en place d’une organisation et de moyens adaptés.

L’employeur veille à l’adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l’amélioration des situations existantes.

L’employeur doit veiller à la santé et à la sécurité de ses travailleurs en mettant en place des actions de prévention, d’information et de formation.

service-public.fr

Comment conduire une inspection relative à la sécurité en entreprise ?

Une inspection relative à la sécurité vise à vérifier la conformité des locaux et des postes de travail et l’application des dispositions particulières pour certaines catégories de personnel : femmes enceintes, apprentis, stagiaires, titulaires de contrat à durée déterminée, intérimaires, etc.

La participation du responsable de sécurité de l’entreprise est recommandée afin notamment de résoudre les problèmes sur le terrain dans les meilleurs délais.

Exemples de points à examiner :

  • Voies de circulation internes : sont-elles entretenues ? Quel est l’état du sol ? Les panneaux de signalisation sont-ils apposés au bon endroit ? Etc.
  • Moyens et équipements de lutte contre l’incendie comme les extincteurs : sont-ils accessibles et fiables (Exemple : APSAD et un référentiel général de la certification de la qualité d’un système de sécurité incendie et extincteurs) : (Dans les locaux industriels : un extincteur doit être accessible tous les 150 mètres (voire jusqu’à 300 m selon l’activité) sur chaque niveau) ? Visibles ? Les consignes de sécurité « incendie » et d’évacuation sont-elles affichées ? Etc.
  • Équipements de protection individuelle : sont-ils adaptés aux risques auxquels est exposé le personnel ? Confortables ? En nombre suffisant ? Etc.
  • Installations sanitaires, vestiaires et salle de repos : sont-elles en nombre suffisant ? De surfaces convenables ? Bien équipées ? Bien entretenues ?

APSAD : La certification APSAD atteste de la qualité d’un système de sécurité incendie, de détection d’intrusion, ou de vidéosurveillance.

Quelles sont les normes, les procédures et les règles de sécurité ?

L’employeur doit parfois établir des règles, des normes ou des procédures de sécurité. Les règles de sécurité constituent un ensemble de directives définies selon les risques présents dans le milieu de travail. Établissant un code de conduite sécuritaire et responsabilisant l’ensemble des acteurs concernés, elles énoncent les moyens à entreprendre pour prévenir les lésions professionnelles.

Pour concevoir une procédure sécuritaire, il faut analyser une à une toutes les tâches à effectuer (Pérusse, 2011a).

Se concentrer sur les tâches les plus critiques au regard des accidents est une option. Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif de cette analyse demeure avant tout de détecter les anomalies et d’entreprendre immédiatement les actions pour les corriger. La procédure de sécurité est rédigée seulement lorsque les corrections ont été effectuées et qu’une nouvelle observation de la tâche a eu lieu. Il s’agit alors de décrire la tâche à accomplir en y intégrant les notions de sécurité retenues. La procédure sécuritaire traite, entre autres, de l’état du matériel, de l’équipement de protection, de la disposition du poste (avant, pendant et après la tâche), des tâches concrètes à effectuer selon la méthode révisée.

La participation des travailleurs (comme stipule la norme iso 45001) concernés est fortement recommandée pour effectuer une bonne analyse.

L’observation directe des travailleurs permet de déterminer s’ils accomplissent leurs tâches selon la procédure nouvellement mise en œuvre. Si oui, il faut les en féliciter (renforcement positif) ; dans le cas contraire, une correction de la situation s’impose, au moyen d’une formation ou d’une rencontre avec les travailleurs en cause afin de comprendre pourquoi ils n’appliquent pas la nouvelle procédure.

Une entreprise qui désire voir ses employés adopter une procédure de sécurité aura plus de succès si sa culture favorise la santé et la sécurité des travailleurs. Le fait d’évoluer dans un milieu reconnu comme étant sécuritaire incite les travailleurs à adopter des comportements en conséquence. Ainsi, une entreprise qui se soucie d’offrir à ses travailleurs des conditions de travail salubres et sécuritaires lance le message que la SST est importante pour elle, qu’elle a à cœur leur santé et leur sécurité, ce qui les incite à adopter, à leur tour, des comportements sécuritaires. Cet effet a aussi été noté dans le cas du port des EPI.

Rappelons que même si une organisation met en place des protections collectives, fournit des EPI et implante des méthodes de travail sécuritaires, elle reste soumise à l’obligation d’éliminer les risques à la source, comme le stipule la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST). D’ailleurs, bien qu’elles soient efficaces, les interventions entre la source du risque et la personne exposée ont des limites et, surtout, elles ne font que protéger les travailleurs contre les risques, sans les éliminer. Lorsque cela s’avère possible, il faut donc toujours privilégier leur élimination à la source.

LES RÈGLES DE SÉCURITÉ DE BASE À RESPECTER PAR TOUTE ENTREPRISE :

1. Ouvrir un registre de sécurité :

Ce registre peut être comparé au livret médical d’une personne. On y trouve l’identité de l’entreprise et les différentes informations relatives à la sécurité de l’établissement. Ce document obligatoire dans chaque établissement doit être tenu à la disposition de L’administration.

2. Installer des équipements de sécurité :

Les extincteurs : Un extincteur est généralement suffisant pour 200 à 300 m² de surface et par niveau, Leur capacité varie de 6 à 9 litres, et doivent être entretenus par une société agréée.

Un équipement d’alarme : C’est un dispositif qui permet d’avertir le public et le personnel qu’un événement vient de se produire afin qu’ils évacuent les lieux.

Un dispositif d’éclairage de sécurité :

Il s’agit d’un éclairage autonome et indépendant de l’éclairage normal permettant, de maintenir un niveau d’éclairage suffisant .

Un système de sécurité incendie : Il est constitué de l’ensemble des Matériels servant à collecter toutes les informations, les traiter et à effectuer les actions nécessaires. Installer des un système de détecteur de fumée.

Détecteurs de fumée : il est recommandé d’en prévoir un par secteur de 80 m², et un par étage.

Détecteur de chaleur : dans les cuisines, les garages, ou tout autre lieu où fumée et poussières sont courantes, Il faut placer un détecteur de chaleur plutôt qu’un détecteur de fumée.

Un équipement antivol : La réglementation des assureurs peut imposer certains équipements pour sécuriser L’établissement contre tout risque d’effraction.

3. Prévoir des dégagements en nombre suffisant avant de signer un bail :

Il doit exister une cohérence entre l’effectif admissible et les exigences pour évacuer l’établissement. Utiliser, des matériaux ayant l’objet d’essais de réaction au feu.

4. Afficher :

  • – le numéro d’appel de secours
  • – les dispositions immédiates à prendre en cas d’incendie,
  • – le plan des locaux en indiquant notamment l’emplacement des locaux techniques,
  • – les stockages dangereux, les dispositifs de coupure du gaz et de l’eau…

4 – Prévention des intrusions et des cambriolages

Si le nombre de cambriolages en entreprise a diminué par rapport aux années 2000 (alors qu’il a augmenté pour les résidences principales), grâce à la démocratisation des systèmes d’alarme et de vidéosurveillance, les entreprises demeurent des cibles attractives du fait de la valeur du matériel qu’elles peuvent détenir. Environ 20% des cambriolages concernent des locaux d’entreprise. A la différence des vols chez les particuliers, les cambriolages en entreprise se font majoritairement la nuit (à 90%), lorsque les lieux sont désertés.

4.1. Protections physiques

4.2. Contrôle d’accès en entreprise

4.3. Système d’alarme

4.4. Vidéosurveillance/Télésurveillance

4.5. Surveillance humaine

8 conseils de sécurité en entreprise

Certains conseils de sécurité au travail peuvent être suivis par tous les employés pour contribuer à créer un environnement de travail plus sûr. Bien que les conseils suivants ne soient pas les seuls qui existent, ils illustrent les idéaux fondamentaux qui contribuent à réduire les risques sur le lieu de travail :

1. Toujours signaler les conditions dangereuses

Parfois, les travailleurs peuvent hésiter à faire part à leurs supérieurs de conditions dangereuses et de dangers spécifiques, de peur de s’attirer des ennuis ou d’en attirer d’autres. Cela n’est pas bon pour un environnement de travail sûr, car cela peut augmenter le risque d’accident ou de blessure sur le site. Tous les membres de la main-d’œuvre doivent signaler immédiatement toute situation dangereuse afin de protéger leurs collègues et eux-mêmes. Une fois qu’un danger ou un risque est identifié, suivez la procédure appropriée pour informer les acteurs clés afin d’aider à atténuer les risques rapidement et efficacement. Pour en savoir plus, lisez notre blog sur les 5 étapes pour identifier et évaluer les risques sur le lieu de travail.

2. Maintenir un poste de travail propre

Les employés doivent éviter tout objet inutile à proximité ou sur leur poste de travail. Ils doivent également toujours penser à nettoyer leur poste de travail pour éviter tout débordement et à désinfecter soigneusement la zone si elle est partagée avec d’autres collègues. Selon l’article d’EHS Daily Advisor, OSHA’s Fatal Four – Leading Causes of Fatalities in the Workplace, 36,5 % de tous les décès sur le lieu de travail sont attribués à des chutes. En fait, les glissades, les trébuchements et les chutes entraînent chaque année de nombreuses blessures sur le lieu de travail. Rappelez donc aux employés de prendre au sérieux ce conseil de sécurité relatif à la conformité aux règles de l’OSHA.

3. Portez des équipements de protection individuelle EPI

Bien que ce conseil puisse sembler évident, il est important de rappeler aux travailleurs de toujours porter l’équipement de protection individuelle (EPI) nécessaire. Souvent, les travailleurs oublient ou choisissent de ne pas porter une pièce d’équipement spécifique, comme des lunettes de protection ou un casque de chantier, car ils pensent que c’est inutile ou qu’ils peuvent terminer la tâche rapidement sans cela. L’équipement de protection individuelle est destiné à assurer la sécurité des travailleurs et à les protéger contre les blessures ou les maladies, alors rappelez-leur toujours de porter l’EPI approprié à la tâche.

4. Faites des pauses

Les employés qui sont fatigués et surmenés sont un handicap sur le lieu de travail. Il est important de faire des pauses pour aider les travailleurs à se reposer et à se ressourcer avant d’accomplir certaines tâches. Les membres de l’équipe fatigués peuvent présenter un risque car ils ne sont pas en mesure de se concentrer pleinement sur la tâche à accomplir, ce qui peut provoquer un incident ou un accident, et potentiellement se blesser ou blesser d’autres personnes.

5. Ne sautez pas d’étapes

Parfois, les travailleurs peuvent être pressés de terminer une tâche et sauter des étapes pour finir plus vite. Il se peut également qu’ils n’utilisent pas correctement certains équipements ou outils afin de réaliser rapidement le travail. Cela doit être évité à tout prix. Rappelez aux membres de l’équipe que les procédures et les flux de travail sont soigneusement mis en place pour éviter toute possibilité de risque, et que le plus sûr est de les suivre.

6. Restez à jour avec les nouvelles procédures ou les nouveaux protocoles

De nouvelles procédures, de nouveaux protocoles ou même de nouveaux équipements peuvent être introduits sur le lieu de travail. Veillez donc à ce que les travailleurs soient toujours au courant et à jour de ces nouveaux éléments. Une formation et un enseignement appropriés doivent être dispensés pour aider les travailleurs à comprendre ce qu’il faut faire pour éviter un incident potentiel. Favorisez une culture de soutien et encouragez les travailleurs à poser des questions et à parler à leur superviseur s’ils ont besoin d’une aide supplémentaire.

7. Maintenir une bonne posture

Il est important d’effectuer les tâches professionnelles en adoptant une bonne posture. Qu’il s’agisse de soulever des objets lourds ou même de s’asseoir devant un ordinateur, ce conseil de sécurité est facile à oublier lorsque vous êtes pris par une tâche. Les employés doivent garder une bonne posture à l’esprit car elle peut les aider à éviter les blessures, les douleurs et les dommages potentiels à long terme à leur cou, leur dos ou leurs épaules.

8. Offrez des conseils aux nouveaux employés

Les membres expérimentés de l’équipe doivent toujours offrir des conseils aux nouveaux employés. Il est essentiel de les informer de la culture de sécurité de l’organisation et des normes qu’elle applique pour maintenir une base solide de sécurité. Si tous les membres de l’équipe sont pleinement investis dans la valeur que la sécurité offre non seulement à l’organisation mais aussi à eux-mêmes, ils peuvent travailler ensemble pour créer un environnement de travail sûr et une culture de la sécurité plus forte.

Comment communiquer sur la sécurité en entreprise ?

Le document unique : un outil de communication L’implication des acteurs, la diffusion, l’échange renforcent l’appropriation du DUERP par l’encadrement. L’évaluation des risques est une prise de conscience et donc une volonté d’amélioration. S’il est correctement utilisé pour la communication, lors de la collecte d’informations, le DUERP permet de consigner les informations reçues, et son côté officiel valorise celui qui a fourni l’information.

Comme nous le disions, il prouve au CHSCT que ses remarques ont été prises en compte. Il permet d’inciter les personnes concernées à le nourrir. Ensuite, dans la recherche de solutions, les gens auront le sentiment d’avoir été entendus. Les plans d’action peuvent être suivis sur les panneaux d’affichage, ce qui permet de communiquer plus fortement lors de l’aboutissement du projet. Chaque acquis doit faire l’objet d’un avis proclamant le succès.

Les liens entre (EvRP) du document unique et le système de management S & ST (SMS).
Les liens entre l’évaluation des risques professionnels (EvRP) du document unique et le système de management S & ST (SMS) (Source : INRS ED 936)

D’un point de vue juridique, le DUERP est devenu le pendant du plan de prévention pour les activités régulières. En cas d’accident grave, il est le document de référence de l’inspecteur du travail ou du juge.

Du point de vue du référentiel OHSAS 18001, le DUERP répond au point 4.3.1, « Planification de l’identification des dangers, de l’estimation et de la maîtrise des risques ». Au-delà de ces rôles, le DU est un outil qui peut faire faire des progrès considérables aux entreprises. Pour cela, il faut qu’il soit au cœur du SMS (système de management de la sécurité), tant comme outil informatique central que comme point de convergence et comme source du système de communication. Être au cœur, cela signifie être remis à jour en permanence.

Ce fonctionnement suppose une formation adéquate de l’encadrement et, comme toujours, le soutien de la direction. Le système doit être assez simple pour être bien géré par les membres du service HSE et par les différents participants, et assez complet pour englober les différentes fonctionnalités qui lui permettent d’être au centre du système.

C’est la rapidité des actions qui en découleront qui sera le meilleur gage d’un bon accueil par les participants. Une demande, une discussion sur le terrain, une solution proposée, des travaux et une règle de comportement mis en place en quelques jours, voilà ce qui consolidera l’image du préventeur et de l’entreprise dans son ensemble. Un tel fonctionnement est-il irréaliste ? Oui, dans certains cas, mais c’est avec cette volonté politique qu’un préventeur a obtenu une baisse de 70 % du TF en deux ans ! Le DUERP, réactualisé en permanence, évolue vite à ce train-là.

Quelles sont les obligations de l’employeur en terme de principes généraux de la prévention?

Le cadre réglementaire de référence s’appuie sur la directive européenne du 12 juin 1989, transposée en France par la loi du 31 décembre 1991 et déclinée dans le code du travail. « L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. »

La mise en œuvre des principes généraux de prévention peut s’appuyer sur les axes de travail suivants :

  • éviter les risques, ·
  • évaluer les risques qui ne peuvent être évités, ·
  • combattre les risques à la source, ·
  • adapter le travail à l’homme (afin notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé),
  • tenir compte de l’état d’évolution de la technique, ·
  • remplacer ce qui est dangereux par ce qui n’est pas dangereux ou moins dangereux,
  • planifier la prévention (en intégrant la technique, l’organisation, les conditions de travail, les relations sociales et l’influence des facteurs ambiants),
  • prendre les mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle,
  • donner les instructions appropriées aux travailleurs (pour leur sécurité et celles des autres).

La logique derrière ces neuf principes de prévention est, qu’au delà de la nécessaire conformité au droit, il faut constamment veiller à ce que le travail soit adapté à l’homme et modifier l’organisation en conséquence. Code. travail. : article L. 4121-1 et suivants.

Quelles sont les obligations de l’employeur en matière de formation générale à la sécurité ?

Une formation pratique et appropriée à la sécurité pour tous les salariés est obligatoirement organisée par l’employeur et fait partie intégrante de
la politique de prévention mise en œuvre. Elle vise à instruire le salarié sur les précautions à prendre pour assurer sa propre sécurité et celles
des autres travailleurs.

La formation générale à la sécurité porte sur :

  • les conditions de circulation dans l’entreprise ;
  • les conditions d’exécution du contrat de travail ;
  • la conduite à tenir en cas d’accident ou de sinistre majeur.

La formation à la sécurité en entreprise vise à protéger le salarié face aux risques auxquels il est exposé (exemple : Produits dangereux, ). Elle est liée à la sécurité du travail dans l’établissement selon sa taille, la nature de l’activité, le caractère de risque constatés et le type d’emplois occupés. Enfin, elle doit intervenir de manière périodique.

Il existe plusieurs catégories d’employés concernés par l’obligation de formation à la sécurité :

  • Les travailleurs nouvellement embauchés.
  • Les travailleurs qui changent de poste ou de technique.
  • Les travailleurs qui reprennent leur activité après un arrêt de travail d’au moins 21 jours.
  • Les travailleurs temporaires ou sous contrat à durée déterminée
  • Les salariés d’entreprise extérieurs.

L’article R4141-3 du Code du travail présente la formation générale à la sécurité

Comment améliorer la sécurité en entreprise ?

Par la mise en place d’un système de management de la santé et de la sécurité au travail en l’occurrence iso 45001 (SMS) qui est un dispositif de gestion combinant personnes, politiques, moyens et visant à améliorer les performances d’une entreprise en matière de santé et de sécurité au travail (S&ST).

C’est un outil qui permet de mieux maîtriser l’organisation de l’entreprise et de progresser en continu en intégrant la S&ST à toutes les fonctions.

L’adoption d’un tel système est l’expression d’une approche globale et gestionnaire de la prévention des risques professionnels. C’est une démarche volontaire qui vise à :

  • anticiper les changements.
  • augmenter la réactivité et la performance de l’entreprise dans la prévention des risques en S&ST.
  • limiter les dysfonctionnements en S&ST.
  • assurer une cohérence globale avec les autres démarches de management.

Elle participe à l’amélioration de l’image de l’entreprise.

Autre référentiel : MASE (Manuel d’Amélioration Sécurité Entreprise) qui est un référentiel de système de management de la Santé et la Sécurité au Travail principalement destiné à des PME/PMI.

Un SMS peut faire partie d’une démarche de développement durable, qui doit prendre en compte la santé et la sécurité des travailleurs.

Conclusion

Qu’il s’agisse de signaler des conditions dangereuses ou de prendre des pauses, rappelez aux travailleurs de toujours garder à l’esprit ces conseils de sécurité en entreprise afin de s’assurer que tout le monde rentre à la maison en toute sécurité à la fin de la journée. Ce sont de petits gestes comme ceux-ci que la main-d’œuvre peut accomplir quotidiennement pour contribuer à renforcer la valeur de la sécurité et les avantages qu’elle peut offrir.

Laisser un commentaire

8 Règles de sécurité en entreprise

laghouati

Laghouati Mohame El Amine Ingénieur chargé de la communication